Le succès des ETF ESG

Salima Barragan

2 minutes de lecture

Les ETF ESG ne sont plus un marché de niche, mais une tendance en croissance. Notamment en matière d’égalité des genres.

Le succès des ETF ESG (axés sur des critères Environnementaux, Sociaux, de Gouvernance) s’illustre par une croissance des actifs de 51% en 2018, soit le plus fort de tous les thèmes de gestion proposés par Lyxor. Le cadre réglementaire de l’investissement ESG évolue, et la gestion passive s’inscrit au cœur de cette transformation. «L’Europe va accélérer la transformation avec son plan d’action de mars 2018 et les gestionnaires devront prendre en compte les changements annoncés par la commission européenne», estime François Millet, Responsable du développement des produits ETF et indiciels et expert ESG chez Lyxor Asset Management.

Des investissements financièrement pertinents

En matière d’investissements durables, les investisseurs utilisent trois grands cadres de référence pour définir leurs objectifs. Les investisseurs institutionnels sont plutôt axés sur l’intégration ESG avec les PRI, ou sur les objectifs purement climatiques de la COP21, alors que les clients privés sont surtout attirés par les investissements à impact alignés avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies. Quels que soient les objectifs recherchés, les investissements ESG sont également financièrement pertinents. «Un nombre croissant d’études ont montré que les sociétés dont les notations ESG sont les meilleures, jouissent en moyenne d’une meilleure profitabilité pour des niveaux de risque plus faibles», affirme Lionel Ebener, Responsable de la Méthodologie des Indices ESG chez MSCI.

«On ne peut pas changer ce que l’on ne peut pas mesurer.»

MSCI note les entreprises selon des critères extra-financiers ESG et utilise ces informations dans la construction des indices actions ESG. La société a récemment publié une étude1 qui se concentre sur le momentum ESG, soit l’évolution du score ESG des sociétés: «Nous avons construit un portefeuille Long/Short basé sur le momentum ESG des sociétés dans le MSCI World Index et sa performance cumulée sur une période de près de neuf ans a été de 12%», indique Lionel Ebener. Le spécialiste relève également que le momentum ESG était très peu corrélé aux facteurs de risque traditionnels (tels que Value, Size, Volatility) sur cette période. 

Bouger des capitaux pour le bien social

Le rapprochement entre l’investissement socialement responsable et la gestion passive n’a rien d’étonnant, car les deux reposent principalement sur les données et partagent des valeurs communes comme la transparence. Pour la construction de l’ETF Global Gender Equality lancé en 2017 et réservé à des investisseurs qualifiés en Suisse, le premier dans sa catégorie, Lyxor travaille avec Equileap, une ONG qui promeut l’égalité entre les hommes et les femmes au travail. «On ne peut pas changer ce que l’on ne peut pas mesurer», souligne Barbara Mahe, Acting Head of Communication pour Equileap. Selon le World Economic Forum, une période de 217 ans sera nécessaire afin d’atteindre la parité dans le monde.

La base de données d’Equileap contient 3’200 entreprises classées selon leur progrès en matière d’égalité homme-femme sur la base de 19 critères tels que la parité à tous les niveaux hiérarchiques, les différences de salaires ainsi que les congés de paternité. Pour son fonds, Lyxor sélectionne les 150 entreprises les mieux notées dans le monde et les équipondère, afin d’éviter tout biais sur la taille de la capitalisation boursière.

«Les entreprises de la finance ont des politiques
de congés parentaux au-dessus des standards internationaux.»

Selon le Global Report d’Equileap, les 200 sociétés les mieux notées ont vu leur note moyenne augmenter de 4% en un an et les quatre sociétés les mieux notées au monde sont General Motors, L’Oréal, Kering et Merck. Il ressort également que la Norvège est championne de la parité, alors qu’Hong Kong se trouve en bas du classement. Aussi, la communication, la finance et les fournisseurs d’énergie se distinguent des autres secteurs. «Les entreprises dans le secteur de la finance ont des politiques de congés parentaux au-dessus des standards internationaux. Et dans les banques en particulier, les politiques contre le harcèlement sexuel sont courantes à cause du risque de réputation». 

L’égalité de salaire pour un travail égal, pourtant illégales dans 23 pays, ont aussi fait l’objet d’un classement. Trois sociétés d’Amérique du Nord (Agilent Technologies, Enbridge et General Motors) sont parmi les cinq seules sociétés au monde à avoir démontré une égalité de salaire pour un travail égal. Depuis que ces données sont publiées chaque année, un nombre croissant d’entreprises rendent leurs politiques en matière de parité publique.