Energies renouvelables: enchères italiennes

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

Le marché italien de l'électricité subira d'importants changements d'ici 2030, la capacité éolienne et solaire devant plus que doubler d'ici 2030.

Au cours des prochaines années, le mix de combustibles continuera d'être dominé par le gaz. En effet, la stratégie énergétique nationale italienne vise à porter la part des sources d'énergie renouvelables dans la consommation d'énergie finale brute à environ 30% d'ici 2030, contre environ 18% en 2017 (cette dernière correspondant à une part de 35% des énergies renouvelables dans la production d'énergie en 2017). Cela nécessitera de nouvelles capacités solaires et éoliennes de 37,3 GW d'ici 2030.

Des adjudications d'environ 7 GW de centrales d'énergie renouvelable sont attendues entre 2019 et 2021 sous la forme de contrats de différence qui isoleront les nouveaux systèmes photovoltaïques éolien et solaire du risque commercial.

Le prix de référence de la vente aux enchères (70 € / MWh) est plus proche du prix du marché que dans les systèmes d'incitation antérieurs, réduisant ainsi le risque de modifications rétroactives telles que la réduction de 8% du tarif de rachat appliqué en 2014 afin de réduire la taxe. charge des consommateurs finaux.

L'augmentation des sources d'énergie renouvelables dans le bouquet énergétique national à long terme (d'ici 2030) pourrait peser sur les prix marchands moyens et accroître la variabilité intra-journalière à l'horizon 2030, le risque de prix étant atténué par le maintien d'une dépendance élevée à l'électricité produite à partir de gaz.

Les accords d'achat de prix à long terme peuvent offrir une alternative aux subventions publiques pour soutenir les investissements dans les énergies renouvelables, mais leur marché ne s'est pas encore développé en Europe.

 En ce qui concerne les opérations de financement de projets utilisées pour soutenir les projets d'énergie renouvelable, les contrats de différence appuient la prévisibilité des flux de trésorerie du projet et des ratios de couverture du service de la dette en supprimant toute incertitude quant aux prix unitaires. Toutefois, le tarif de rachat de certaines usines avait été révoqué dans le cadre de systèmes d'incitation antérieurs, ce qui indique que les projets italiens risquent toujours d'être exposés à un risque d'autorisation pendant toute la durée de vie du projet.