Carmignac exclut les investissements liés au charbon et au tabac

Communiqué, Carmignac

1 minutes de lecture

«Cette décision reflète l’importance que nous accordons à la gestion du risque», explique Sandra Crowl, respondable du Comité ESG et membre du Comité d’investissement de Carmignac.

En tant que gestionnaire d'actifs, Carmignac a pour objectif d’identifier et de réduire les risques d’investissement liés aux questions environnementales, sociales et de gouvernance. Le groupe s'est également engagés à contribuer à la réduction des gaz à effet de serre et est signataires des principes des Nations unies pour l’investissement responsable depuis 2012.

Carmignac renforce son engagement en officialisant la pratique, adoptée de longue date, d’exclure les sociétés productrices de tabac ainsi que les producteurs de charbon. À l'avenir, le groupe n'investira plus dans aucune entreprise tirant plus de 25% de son chiffre d’affaires de l’extraction du charbon. Ces restrictions s’appliqueront à plus de 90% des actifs sous gestion.

L'engagement pour l’intégration des critères ESG est renforcé par une approche encore plus rigoureuse de la durabilité dans quatre fonds. Ainsi, Carmignac Emergents, Carmignac Portfolio Emergents, Carmignac Portfolio Emerging Patrimoine et Carmignac Portfolio Grande Europe appliquent une politique d'investissement excluant les fabricants de produits à base de tabac, les producteurs de sables bitumineux, et, en fonction du fonds, les sociétés impliquées dans les activités de jeux de hasard et de transformation de viande. Ces fonds appliquent un seuil plus restrictif de chiffre d’affaires tiré du charbon (5%) associé à une politique d’exercice des droits de vote et d’engagement actionnarial.

Carmignac est convaincu que l’intégration des critères ESG ne peut pas être régie par des règles standards. La recherche d’un impact favorable tangible sur le long terme peut être complexe: les bienfaits des voitures électriques pour l’environnement peuvent, par exemple, être annulés par les coûts environnementaux et sociétaux liés à l'extraction des matières premières destinées à la fabrication des batteries et à leur recyclage.

À la lumière des initiatives de la Commission européenne sur le financement durable (dévoilées en mars 2018) afin de promouvoir le programme sur le climat et le développement durable, Carmignac invite les législateurs à harmoniser leurs lignes directrices. Si Carmignac accueille favorablement et soutient les efforts du secteur pour réduire les émissions de carbone, il estime toutefois que la législation proposée par la Commission européenne pourrait également se concentrer sur les initiatives des gestionnaires d’investissement qui touchent d’autres aspects de la durabilité tels que l’exercice actif des droits de vote, l’engagement et la gouvernance d’entreprise. Carmignac a intégré les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance dans son modèle d’analyse des investissements, convaincu que les entreprises contribuant à réduire les risques liés à ces questions offriront les meilleures performances et la plus forte croissance sur le long terme.

«La décision de formaliser notre politique sur le charbon et le tabac reflète l’importance que nous accordons à la gestion du risque et notre anticipation des conséquences du changement climatique», explique Sandra Crowl, respondable du Comité ESG et membre du Comité d’investissement de Carmignac. «Cette vision nous permet de mieux identifier et de réduire les risques d’investissement. En nous joignant à l’engagement des responsables politiques et d’autres investisseurs dans le monde pour lutter contre le changement climatique et affronter les défis de nos sociétés, nous serons plus à même d’encourager les entreprises à adopter des pratiques favorisant la durabilité et la création de valeur à long terme».