Bonnes perspectives pour la place suisse des fonds et de l’Asset Management

Communiqué, SFAMA

2 minutes de lecture

«Des améliorations de la fiscalité et de la distribution à l’étranger sont importantes pour maintenir le site suisse de l’Asset Management à un niveau élevé», a expliqué Markus Fuchs.

Les défis et le développement futur de la branche étaient au centre de la principale conférence nationale sur les fonds et l’Asset Management. L’Assemblée générale de la Swiss Funds & Asset Management Association (SFAMA) s’est tenue le même jour.

Lors du Forum Swiss Funds & Asset Management qui s’est déroulé le 22 mars 2019 à Berne, des conférenciers chevronnés se sont penchés sur le sujet «Perspectives pour la place suisse des fonds et de l’Asset Management». Dans son discours de bienvenue, Felix Haldner, président de la SFAMA, a évoqué certaines activités importantes de l’association: «Pour que notre travail trouve un terrain fertile, il faut d’abord créer une compréhension de base pour notre industrie. Par conséquent, la SFAMA a pour tâche permanente de montrer l’importance de l’Asset Management pour l’économie réelle, la réalisation des objectifs en matière d’épargne et institutions de prévoyance également à un plus large public».

La plateforme Asset Management, une organisation appuyée conjointement par les banques, les assurances et la SFAMA, assume une tâche importante dans ce domaine. Par exemple, en 2018, elle a publié pour la première fois, en collaboration avec la Haute École Spécialisée de Lucerne, une étude sur la Suisse en tant que site de l’Asset Management, dont la deuxième édition devrait paraître cette année encore.

«Fait réjouissant, nous avons pu placer notre idée d’un produit de fonds innovant auprès du DFF et convaincre le Conseil fédéral de la nécessité d’un fonds suisse ne nécessitant pas d’approbation», a expliqué Felix Haldner.

Le Limited Qualified Investor Fund (L-­QIF) suisse vise à renforcer la compétitivité de la place suisse des fonds de placement et de l’Asset Management en émettant davantage de placements collectifs de capitaux en Suisse et par conséquent, en laissant une plus grande partie de la chaîne de valeur dans notre pays. «Et enfin, avec les nouvelles réglementations LSFin/LEFin, l’architecture actuelle du droit des marchés financiers est fondamentalement transformée, ce qui impacte grandement sur notre secteur. La SFAMA s’implique activement dans ce processus depuis le début et représente les intérêts du secteur des fonds et de l’Asset Management», a conclu Felix Haldner.

Andréa Maechler, membre de la direction générale de la Banque nationale suisse, a ensuite expliqué l’«Asset Management at SNB». Jean-­Christophe Van Tilborgh, Chief Investment Officer, Retraites Populaires, s’est exprimé sur le sujet «Asset Management of Pensions – Strategies for Implementation» en se référant à l’exemple de son entreprise et de ses principes d’investissement. Des informations de première main sur «Brexit Ante Portas – A View from the Inner Circle» ont été fournies par Chris Cummings, Chief Executive Officer, The Investment Association. Pius Fisch, président du Conseil d’administration de Fisch Asset Management AG, a ensuite exposé les défis auxquels l’Asset Management suisse est confronté, hier et aujourd’hui, concluant que la Suisse est un bon site. L’Asset Management est plus respecté aujourd’hui que par le passé, mais le secteur est encore trop limité, ce qui devrait changer à long terme. Enfin, Markus Fuchs, directeur de la SFAMA, a animé une table ronde avec Michael Burch, Chief Operating Officer, BlackRock Suisse;; Pius Fisch et Claude Kurzo, Country Head & CEO, JPM Asset Management Switzerland. L’accent a été mis sur la compétitivité du secteur de l’Asset Management en Suisse dans un contexte mondial.

«Surtout dans le domaine des placements alternatifs pour investisseurs qualifiés, les fonds suisses ne sont souvent pas concurrentiels. Les délais et les coûts associés à l’homologation des produits correspondants font que même les clients suisses préfèrent les placements collectifs étrangers de capitaux aux placements suisses. Le L-­QIF suisse pourrait apporter une contribution dans ce domaine. Toutefois, des améliorations de la fiscalité et de la distribution à l’étranger sont également importantes pour maintenir le site suisse de l’Asset Management à un niveau élevé», a expliqué Markus Fuchs.

 

Vers le rapport complet