Wake Me Up Before You Go-Go – Weekly Strategy d’Unigestion

Unigestion

1 minutes de lecture

Nous restons préoccupés par la santé de l'économie européenne et, surtout, par la capacité des responsables politiques à inverser la tendance si elle se poursuit sans relâche.

La semaine dernière, la BCE a confirmé les préoccupations que nous soulevons depuis un certain temps, à savoir que la zone euro est en plein ralentissement marqué et que l'absence de tensions inflationnistes appelle une politique monétaire plus accommodante. Alors que la BCE a revu à la baisse ses prévisions de croissance et d'inflation en 2019, nous restons préoccupés par la santé de l'économie européenne et, surtout, par la capacité des responsables politiques à inverser la tendance si elle se poursuit sans relâche. Alors que les décideurs politiques se réveillent avant que la croissance n'aille de l'avant, il nous semble qu'elle s'accroche comme un yo-yo.

Que peuvent donc faire les décideurs politiques pour changer les choses? À notre avis, pas grand-chose. En termes de politique monétaire, l'efficacité des outils de la BCE est nettement inférieure à celle de la dernière fois qu'ils ont dû stimuler l'économie. Les taux à court terme demeurent négatifs, mais pas aussi bas que ceux de certains de leurs pairs. Les achats nets d'actifs (c'est-à-dire l'assouplissement quantitatif) pourraient reprendre, mais la taille du bilan de la BCE est assez importante et elle s'est déjà déplacée sur la courbe de risque des obligations de sociétés afin de stimuler davantage l'économie. 

La nouvelle opération de refinancement à long terme ciblée (TLTRO-III) contribuera à maintenir des conditions de crédit favorables à la demande, mais selon sa propre enquête sur la distribution du crédit bancaire, ce n'est pas le crédit qui pose problème. La situation des entreprises et des ménages s'est assouplie depuis un certain temps et les normes ne montrent aucun signe de resserrement. C'est plutôt la demande qui est en cause et le TLTRO-III n'est pas conçu pour y répondre. Une autre option pour la BCE est d'acheter des actions, mais si l'expérience de la Banque du Japon est un guide, la BCE pourrait bientôt se retrouver à tirer sur une corde sensible.