Une réelle accalmie dans l’œil du cyclone?

Igor de Maack, DNCA

1 minutes de lecture

Après avoir subi l'ouragan Trump et sa harangue tempétueuse sur les mesures protectionnistes, les investisseurs ont repris espoir dans l'attente des nouvelles négociations annoncées.

Les marchés se sont stabilisés. Ils sont repartis de l'avant dans le sillage de nouvelles politiques plutôt rassurantes sur la présentation du budget italien. Si les vents violents des dernières corrections de marché ont échaudé les investisseurs, il faut reconnaître que le chemin de croissance positive des bénéfices (entre 10 et 20% selon les continents) pour l'année en cours n'a pas été modifié. Les entreprises rencontrées expriment parfois leur inquiétude sur la guerre commerciale mais ont globalement des perspectives positives. 

La semaine écoulée a encore vu un record de flux sortants
sur les actions toute géographie confondue.

Le taux de change euro/dollar se stabilise. Le MSCI Asia est remonté après un point bas sur les deux dernières années. Que le monde soit inquiet des disputes mercantiles entre les deux géants américain et chinois, c'est une certitude. Que le monde soit perturbé par les candidats récurrents aux turbulences (pays émergents comme le Brésil, l'Argentine et la Turquie), c'est aussi assez logique. Que le monde soit déçu par une Europe qui avance en crabe, ce n'est pas nouveau. En quelque sorte, les risques macro et géo-économiques sont désormais bien connus. La question demeure sur la valorisation de ceux-ci. L'apparition de nouveaux points de fragilité (Brexit dur et catastrophe économique et politique en Grande-Bretagne) n'est pas non plus improbable. Ce moment actuel d'accalmie pourrait s'avérer une simple pause des marchés dans l'œil du cyclone. En effet, la semaine écoulée a encore vu un record de flux sortants sur les actions toute géographie confondue (-5,6 milliards de dollars) avec de nouveau une Europe qui fait fuir les investisseurs (-1,4 milliard de dollars). Il semble toutefois que certains points bas aient été atteints sur quelques compartiments de marché dont celui des actions européennes.