Un espoir naissant? – Week Ahead de Allianz Global Investors

Stefan Scheurer, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

L’espoir renaît, notamment en ce qui concerne le commerce mondial, même si tout accord éventuel entre les États-Unis et la Chine a été reporté à avril.

Plusieurs raisons expliquent le rebond des marchés financiers depuis le début de l’année. Néanmoins, nos indicateurs exclusifs d'activité économique ont mis en évidence un autre ralentissement potentiel des données économiques au cours du dernier mois. En fait, la croissance mondiale a récemment ralenti pour atteindre un taux légèrement inférieur au potentiel. Malgré tout, la probabilité d’une reprise à court terme a au moins augmenté après cette longue période de données macroéconomiques faibles. Et juste à temps pour le printemps, l’espoir renaît, notamment en ce qui concerne le commerce mondial, même si tout accord éventuel dans le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine a été reporté à avril.

Les exportations totales hors pétrole de Singapour ont augmenté de près de 5% en glissement annuel en février. Il est intéressant de noter que les exportations de Singapour, et récemment du Japon, vers la Chine ont fait un bond de plus de 34% en glissement annuel et de plus de 5% en glissement annuel, respectivement. Bien que ces chiffres doivent être interprétés avec prudence, car ils peuvent être faussés par le Nouvel An chinois, ils peuvent donner une première idée de l'impact des mesures de politique budgétaire et monétaire récemment adoptées par la Chine. Ces mesures pourraient stabiliser la croissance en Chine et se répercuter sur l'ensemble de la région asiatique à partir du deuxième trimestre.

Tant la croissance que les marchés des capitaux devraient bénéficier des politiques plus accommodantes des grandes banques centrales. Alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) a insisté sur son attitude attentiste, la Banque centrale européenne (BCE) a reporté sa première hausse de taux à 2020. Les facteurs mondiaux ont certainement joué un rôle dans ces décisions, et les perspectives d'inflation modérées donneront les banquiers centraux ont le temps de reprendre leur souffle. L'indice de surprise inflationniste des pays du G10 a chuté à son plus bas niveau en plus de deux ans. Même si les marchés des capitaux tablent sur un environnement d'inflation favorable à long terme, les investisseurs doivent veiller à ne pas perdre complètement de vue l'inflation. Au-delà de la hausse des salaires, principalement aux États-Unis, en Europe et au Royaume-Uni, les prix du pétrole, qui se sont nettement redressés depuis le début de l'année, pourraient entraîner des pressions inflationnistes. Les réductions de production supplémentaires potentielles de l'OPEP, les incertitudes concernant les sanctions contre le Venezuela et l'Iran et les effets de base à partir du second semestre de 2019 pourraient jouer un rôle dans cette évolution.

Aux États-Unis, les données suivantes seront au centre de l'attention au cours de la prochaine semaine civile:

  • Plusieurs gouvernements fédéraux régionaux publieront leurs indicateurs avancés qui, de l'avis général, indiqueront un ralentissement de la croissance aux États-Unis, du moins dans certains cas.
  • Au-delà des chiffres de la balance commerciale (qui doivent être replacés dans le contexte des négociations en cours avec la Chine, prévues mercredi) et de la troisième estimation du PIB du quatrième trimestre (prévue jeudi), l'attention se portera probablement sur le déflateur des dépenses de consommation privée, hors alimentation et énergie (vendredi). Le déflateur de l'ECP est la mesure de l'inflation préférée de la Fed, et les chiffres de janvier laissaient entendre que la Fed continuerait d'attendre.

Dans la zone euro, plusieurs indicateurs du climat et des prix à la consommation pour le mois de mars (prévu vendredi) attireront l'attention. Les chiffres préliminaires de l'inflation pour les différents pays européens seront publiés au cours de la semaine, et des représentants de la BCE discuteront des questions de politique monétaire actuelles lors de la conférence «La BCE et ses observateurs» à Francfort. Alors que la composante des anticipations ZEW pour l'Allemagne indiquait récemment une croissance relativement faible au premier semestre 2019, l'indice des anticipations s'est amélioré pour la quatrième fois d'affilée. Les espoirs renouvelés d'un Brexit ordonné et les progrès dans les négociations commerciales sino-américaines ont peut-être aidé. Dans ce contexte, l'accent sera mis sur l'indice ifo (prévu pour lundi) la semaine prochaine.

Et il y a aussi des nouvelles du Brexitfront. Jusqu'à présent, le Royaume-Uni devait quitter l'Union européenne le 29 mars (c'est-à-dire vendredi prochain). Toutefois, comme la Chambre des communes ne votera peut-être pas une troisième fois sur l'accord Brexit, toutes les options sont de retour sur la table: pas d'accord, vote de défiance contre le premier ministre Theresa May ou une lettre à l'UE pour demander un report de la date de sortie. Les incertitudes politiques subsisteront, mais l'espoir est éternel.