Positionnement tactique

Andrew Milligan, Aberdeen Standard Investments

3 minutes de lecture

«Le Japon est une oasis de calme par rapport aux États-Unis, à la Chine et à l'Europe», estime Andrew Milligan d'Aberdeen Standard Investments.

 

Quel est votre scénario central pour 2019?

Nous sommes prudemment optimistes quant à la croissance mondiale. Dans la plupart des pays, les déséquilibres financiers semblent gérables. Aussi, l'aplatissement de la courbe des rendements américains et les écarts de crédit sur les obligations semblent durables alors que les flux de trésorerie des entreprises restent sains. Même si dans certains secteurs, les marges sont sous pression, nous pensons que l’année prochaine, la croissance globale des bénéfices dépassera 5% en l'absence d'une erreur politique majeure ou d'un choc inflationniste. Nous nous attendons à ce que l'inflation de base demeure sous contrôle car le chômage élevé dans certaines régions d’Europe et des marchés émergents ainsi que l'évolution technologique continueront à modérer la croissance des salaires. La Réserve fédérale américaine n'aura donc pas besoin d'augmenter les taux de manière plus agressive. Aussi, nous pensons que les mesures de relance en Chine et l'assouplissement budgétaire en Europe et au Japon soutiendront une croissance mondiale modérée. La rentabilité des entreprises pourra entraîner une reprise des actifs risqués à condition que les relations entre les États-Unis et la Chine restent stables. Les valorisations des marchés émergents semblent attrayantes si l'on suppose qu'il n'y a pas d'appréciation majeure du dollar américain. Ainsi, si l'inflation reste contenue, le dollar devrait se stabiliser et retomber alors que la Fed interrompt son cycle de hausse des taux.

Le Japon est une oasis de calme par rapport
aux États-Unis, à la Chine et à l'Europe.
Pour vous, quels sont les risques à surveiller?

Des hausses de taux agressives aux États-Unis, une appréciation importante du dollar et une flambée des prix du pétrole pourrait nuire à certains marchés émergents. Néanmoins, les déséquilibres financiers ne sont pas généralisés et les risques de contagion nous semblent limités. Après la réunion du G20, nous pensons qu'une modeste détérioration des relations commerciales entre les États-Unis et la Chine resterait gérable tant que les deux parties continueront à négocier. La Chine dépend davantage de la consommation intérieure que des exportations, tandis que la victoire des démocrates aux élections américaines de mi-mandat offrent un contrepoids qui réduit la probabilité de l’émergence d’une véritable guerre commerciale. A l’interne, la façon dont les autorités chinoises gèrent leur surendettement, leur rééquilibrage économique et la dépréciation du renminbi seront les facteurs clés à surveiller. Les décideurs politiques chinois opèrent dans un système de compte de capital fermé mais peuvent utiliser les leviers monétaires, fiscaux et réglementaires pour préserver la stabilité. Mais une rupture majeure des relations entre les Etats-Unis et la Chine serait beaucoup plus dangereuse. Le récent discours du vice-président américain Mike Pence a signalé une détérioration du commerce, de la sécurité, du transfert de technologie et de la propriété intellectuelle, ce qui pourrait transformer les climats politique et économique. De même, si l'impasse budgétaire entre l'Italie et Bruxelles s'aggrave et menace l'avenir de la zone euro, nous pourrions assister à une vente massive des actifs européens.

Quelles seront les opportunités d'investissement en 2019?

Le Japon est une oasis de calme par rapport aux États-Unis, à la Chine et à l'Europe. Sa reprise cyclique, alliée au soutien monétaire et fiscal, à la rentabilité des entreprises et à l'amélioration de leur gouvernance, rend les actions attrayantes. Plus généralement, nous aimons les actions aux États-Unis, en Europe et sur les marchés en développement qui bénéficient de flux de trésorerie élevés. Les valorisations des marchés émergents sont également attrayantes. Nous chercherons des déclencheurs pour libérer de la valeur, y compris le stimulus chinois qui soutiendra l'activité économique, une diminution des tensions entre les États-Unis et la Chine, un assouplissement budgétaire réussi en Europe et des signes quant à la fin du cycle de hausse de la Réserve Fédérale. En termes sectoriels, nous aimons la technologie asiatique qui est soutenue par des tendances structurelles, l'énergie par un jeu de demande et d’offre favorable, et les biens de consommation par une amélioration du chômage. Il ne faudra pas beaucoup de temps pour une réévaluation des perspectives globales de certains secteurs survendus comme les services financiers et l'automobile. Par ailleurs, quelques marchés d'obligations d'État, à des rendements plus élevés, sont de plus en plus attrayants car les mauvaises nouvelles sont déjà intégrées dans leur prix. De faibles risques de récession suggèrent également que la dette des pays émergents, où les niveaux d'endettement public ou privé sont les mieux contenus, peut s’améliorer. Enfin, nous avons constaté une bonne dynamique de l'offre et de la demande sur certains marchés immobiliers européens.

Quelle est votre allocation d'actifs dans ce contexte?

Nous restons légèrement surpondérés sur la classe actions aux États-Unis, au Japon, en Europe et dans les marchés émergents. Dans notre allocation pro-risque, nous avons inclu des TIPS américains et du yen comme source de diversification dans le cas où les craintes d'inflation se matérialisent, ou si la croissance des bénéfices ne se concrétise pas. Nous maintenons notre position longue sur le dollar et le yen par rapport à l'euro à titre de couverture, mais nous avons réduit notre position longue sur le dollar et utilisé de l'euro pour financer nos positions sur les marchés émergents. Nous sous-pondérons les actions britanniques et sommes neutres sur l'Asie développée. En ce qui concerne les titres à revenu fixe, nous préférons la dette souveraine australienne et américaine aux autres marchés développés. Nous avons ajouté les bons du Trésor américain,  nominaux et indexés sur l'inflation, dès que les taux à 10 ans ont cassé les 3%. Nous surpondérons également la dette souveraine en devises locales des marchés émergents et la dette européenne à haut rendement, tandis que nous sommes neutres à sous-pondérés sur les obligations de première qualité en raison des spreads de crédit serrés. Globalement, nous sommes prudents à l'égard de l'immobilier, mais considérons que l'offre et la demande restent plus favorables en Europe. Dans l'ensemble, nous demeurons tactiques en raison des préoccupations croissantes au sujet de la fragilité du cycle d’investissement qui arrive à maturité. Si les tensions entre les États-Unis et la Chine s'intensifient, ou si la Chine et l'Europe échouent à relancer leur croissance par des stimulus, nous devrons préparer nos portefeuilles à une pression sur la croissance des bénéfices en 2020.

 

Lire également:

Une allocation neutre sur les actions

Privilégier les liquidités en dollar US

Des stratégies de contrôle des risques