Le coronavirus n’affecte pas le Bitcoin

Communiqué, Amun

1 minutes de lecture

Le Bitcoin n'a pas été affecté par les turbulences des marchés liées au coronavirus – et ce, grâce à des facteurs de risques décorrélés.

Après plusieurs semaines où les marchés mondiaux semblaient relativement à l’abri des risques de l’épidémie du Coronavirus, les bourses ont connu une forte baisse lundi 24 février, signe que les investisseurs se préoccupaient de plus en plus de l’effet potentiel du virus sur l’économie mondiale. Il semble que les inquiétudes des investisseurs aient été principalement motivées par la nouvelle d’une apparition inattendue du virus en Italie, qui a déclenché des mesures draconiennes du gouvernement italien visant à lutter contre la propagation de l’épidémie. Comme le montre le graphique ci-dessous, le Bitcoin, qui a été la classe d'actifs la plus volatile en 2020, n'a pas été affecté par les turbulences des marchés liées au coronavirus – et ce, grâce à des facteurs de risques décorrélés. Si l'or est en hausse, à son plus haut niveau depuis 7 ans (+1,84%), conséquence naturelle de la crainte des investisseurs, le Bitcoin a légèrement baissé ces derniers jours, une divergence qui ne devrait pas durer: la corrélation entre ces deux valeurs refuge est appelée à croître.

Comparaison de la volatilité des classes d’actifs

Source: CoinMetrics et Yahoo Finance

La start-up Enigma a conclu un accord avec l’autorité des marchés américains (Securities and Exchange Commission, SEC) sur l'offre initiale de jetons – actifs numériques – (ICO) qu'elle a réalisée en 2017, qui lui a permis de lever 45 millions de dollars. La SEC a fait valoir que le jeton qu'Enigma a offert aux investisseurs devait être considéré comme une action et que, par conséquent, Enigma a effectué une offre d’actions déguisée. Cette nouvelle n’est pas une surprise: la SEC a répété ces derniers mois ses attaques contre des entreprises ayant réalisé des émissions de jetons en 2017 dans un contexte de bulle des marchés cryptos. Enigma a été contrainte de payer une amende de 500 000 $ et d'entamer un processus qui permette aux investisseurs ayant participé à l'offre initiale de jetons de récupérer leurs fonds. Nous nous attendons à ce que d’autres cas similaires interviennent, mettant en cause des entreprises suffisamment capitalisées pour mener une action de justice contre le régulateur américain.

Sans surprise, la SEC n’a pas donné son accord au lancement d'un ETF sur le Bitcoin proposé par Wilshire Phoenix. Ce tracker visait, à travers ses trois sous-jacents – le Bitcoin, des billets du Trésor américain et des dollars –, à offrir aux investisseurs une exposition à la crypto-monnaie tout en réduisant les risques liés à sa volatilité. Le régulateur américain a notamment invoqué les risques de manipulations de marché et de fraude pour motiver ce nouveau rejet de cotation de trackers sur des actifs cryptos sur des marchés réglementés aux Etats-Unis.