La rivalité Chine-USA en tête des risques géopolitiques

BlackRock Investment Institute

1 minutes de lecture

Dans son nouveau tableau de bord des risques géopolitiques, BlackRock scrute de près la course au leadership technologique mondial entre les deux pays.

Le risque géopolitique est un facteur de marché crucial en 2019, en particulier dans un contexte de ralentissement de la croissance et d'incertitude élevée concernant les perspectives économiques et de bénéfices des entreprises. La rivalité croissante entre les États-Unis et la Chine dans les domaines économique, idéologique et militaire est au cœur du débat géopolitique. Nous pensons que ces tensions sont structurelles et durables. Gardant cela à l'esprit, nous regardons de près la course aux leaders technologiques mondiaux entre les deux pays.

Le commerce restera au centre de la politique étrangère des États-Unis en 2019. L’attention du marché au risque de tensions commerciales mondiales a fortement diminué par rapport au mois de juillet dernier. Cependant, nous maintenons notre probabilité de risque à un niveau élevé. Cela indique un potentiel d’impact plus important sur le marché si le risque était réalisé. Nous pourrions finalement voir un accord entre les États-Unis et la Chine sur le déficit commercial et les tarifs, ainsi que sur le comportement du marché chinois et son accès. La mise en œuvre et l'application seront cependant difficiles, et nous prévoyons que les problèmes structurels liés à la politique industrielle de la Chine perdureront. Les tensions commerciales mondiales pourraient augmenter si les États-Unis appliquaient des droits de douane sur les véhicules automobiles et les pièces importés d’Europe ou si la ratification de l’accord commercial entre les États-Unis avec le Canada et le Mexique devenait plus incertaine.

L’attention du marché au risque de fragmentation en Europe figure en haut de notre liste. Nous voyons l'économie européenne se stabiliser plus tard dans l'année, mais nous nous inquiétons de la persistance de risques politiques. Un retard de six mois sur le Brexit a permis de réduire le risque de sortie perturbante sans accord à court terme. Cependant, les divisions au sein du système politique britannique empêchent la conclusion d'un accord et restent non résolues. Les élections au Parlement européen ces prochains jours seront le prochain test du sentiment populiste dans la région et des campagnes électorales sont en cours. Les dirigeants populistes d’extrême droite et d’extrême gauche devraient présenter leur meilleur résultat à ce jour, bien qu’ils restent loin d’obtenir la majorité. La clé à surveiller sera de savoir si les groupes populistes peuvent opérer de manière unifiée, leur permettant ainsi d'exercer une influence correspondant à leur part de vote. De plus, les négociations budgétaires entre l'Italie et l'UE devraient reprendre en septembre et nous prévoyons d’importantes confrontations.