La politique monétaire fera l'affaire - Week Ahead de Allianz GI

Ann-Katrin Petersen, Allianz Global Investors

3 minutes de lecture

Si l’on veut conserver l’esprit du marché, les responsables politiques en matière d’économie devront réussir l'exploit d'organiser un «atterrissage en douceur» du cycle économique mondial vieillissant.

L’économie mondiale n’est clairement pas en chute libre et se dirige inexorablement vers une récession dans un avenir prévisible. Néanmoins, les investisseurs devront espérer une reprise de la croissance au cours du deuxième trimestre de l’année. La faiblesse persistante des échanges et les incertitudes géopolitiques pèsent lourdement sur le secteur manufacturier mondial. Dans ce contexte, le FMI a récemment révisé à la baisse ses prévisions de croissance. Ce n’est certainement pas un motif d’enthousiasme majeur pour le marché, même si la reprise des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine a donné lieu à des signaux positifs.

Le marché haussier des actions (l’indice MSCI World a augmenté d’environ 17% depuis le début de l’année, ce qui est bien au-dessus du rendement annuel moyen sur 10 ans) est principalement dû aux efforts des banques centrales pour fournir un stimulus supplémentaire. En fait, la Banque centrale européenne (BCE) a indiqué sa volonté de prendre de nouvelles mesures lors de sa réunion «dovish» de jeudi. La demande pour les catégories d’actifs plus risquées, telles que les actions et les obligations de sociétés, est restée forte au cours de la semaine écoulée.

Toutefois, si l’on veut conserver l’esprit du marché, les responsables politiques en matière d’économie devront réussir un exploit rare et organiser un «atterrissage en douceur» du cycle économique mondial vieillissant, ce qui pourrait ensuite jeter les bases d’un relèvement. Nous ne discuterons pas de la question de savoir si les banques centrales sont réellement tout-puissantes. Cependant, les attentes élevées des marchés peuvent conduire à une certaine déception.

Pour le moment, la morosité économique pèse sur l’activité économique. Par exemple, les bénéfices des entreprises sont sous pression, comme le montre l’augmentation des avertissements sur les bénéfices au cours de la saison de reporting en cours (en particulier en Europe). Les espoirs des acteurs du marché se concentrent sur le second semestre. Dans le même temps, les banques de la zone euro sont devenues moins enclines à prendre des risques, craignant un ralentissement de la croissance (même si les conditions de financement sont toujours très favorables) et ont resserré leurs normes de prêt aux grandes entreprises au cours du deuxième trimestre. Le cycle d’assouplissement, en place depuis 2014, semble avoir pris fin, du moins c’est ce que suggère la dernière enquête sur les prêts bancaires de la BCE.

Les banques centrales continueront d’orienter l’évolution des marchés des capitaux au cours de la semaine à venir. Aux États-Unis, l’attention se concentrera sur la décision du taux de la Réserve fédérale mercredi. Le marché monétaire américain associe une probabilité de c. Une réduction de taux de 80% à 0,25%, ce qui placerait le corridor de taux cible des fonds fédéraux entre 2,00 et 2,25%. Une autre étape tarifaire est attendue à la réunion du 18 septembre. La vigueur du marché du travail (le rapport de juillet sera publié vendredi) confirme que la Fed procédera à une réduction du taux d’assurance dans un environnement non récessif. Auparavant, les baisses de taux d’assurance de la Fed s’élevaient à un maximum de 75 points de base au maximum.

Après une expansion étonnamment forte au premier trimestre (0,6% en glissement trimestriel), les dernières données du Japon suggèrent que la croissance devrait rester modérée pour le moment. Des préoccupations concernant la résilience de la consommation des ménages ont récemment été exprimées avant la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée prévue en octobre (par exemple, les salaires ont diminué par rapport à une année sur l’autre). L’attention se concentrera donc sur les ventes au détail (lundi), le taux de chômage (mardi) et la confiance des consommateurs (mercredi). Dans ce contexte, la Banque du Japon devrait s’en tenir mardi à une politique monétaire laxiste, conformément aux attentes du marché. Un pas de taux en automne ne serait pas une surprise pour le marché monétaire.

Les chiffres pour la zone euro devraient connaître un ralentissement au deuxième trimestre (échéance mercredi) après un taux de croissance de 0,4% en glissement trimestriel au premier trimestre. À l’heure actuelle, la reprise des exportations et l’activité industrielle sont encore à l’abri. Avec une part de 15,4% du total des échanges (2018), la Chine est le deuxième partenaire commercial de l’Union européenne après les États-Unis (17,1%). Pour cette raison, non seulement le climat économique (prévu mardi), mais également les indices des directeurs des achats chinois (attendus mercredi et jeudi) susciteront beaucoup d’attention. L’indice de confiance des consommateurs allemand GfK (mardi), les dépenses de consommation françaises en juin (également mardi) et les chiffres du chômage dans la zone euro (mercredi) nous en diront plus sur les forces de la croissance intérieure. De plus, l’audience devant la Cour constitutionnelle fédérale sur les achats de plusieurs milliards d’obligations de la BCE mercredi et les chiffres de l’inflation de juillet pour l’Espagne (lundi), la France et l’Italie (mercredi) seront importants pour la BCE. Alors que la baisse de l’offre de pétrole et les risques géopolitiques ont accru le risque de hausse du prix du pétrole au cours du second semestre, la BCE s’attend néanmoins à ce que l’inflation ne s’établisse en moyenne que de 1,3% sur l’ensemble de l’année. En bref, le pays est toujours sous pression pour atteindre son objectif d’inflation «inférieur à, mais proche de 2% à moyen terme» pour la stabilité des prix.

La réunion de la Banque d’Angleterre (BoE) jeudi sera le dernier événement politique important de la semaine à venir. Alors que les incertitudes liées au Brexit persistent, la BoE restera probablement sur la touche et reportera un troisième échelon de taux malgré les pressions croissantes sur les prix intérieurs. Que la BoE ajuste à nouveau son taux directeur (et dans quelle direction) dépendra de l’évolution du Brexit. Alors que le Premier ministre Boris Johnson était de plus en plus susceptible de nuire au Brexit, la livre sterling a récemment atteint son plus bas niveau en deux ans.

Qu’est-ce que tout cela signifie pour les décisions d’investissement? En soi, le relâchement imminent de la politique monétaire devrait soutenir les classes d’actifs plus risquées. Cependant, il est peu probable qu’une politique monétaire plus accommodante suffise à elle seule à éclairer le climat du marché à long terme, du moins tant que les banques centrales ne réussiront pas à créer un atterrissage «en douceur» et que la croissance et les bénéfices des entreprises commencent à se redresser.

Cela suggère que les investisseurs devraient largement diversifier leurs portefeuilles et adopter une attitude tactique prudente vis-à-vis des actifs plus risqués selon une approche multi-actifs, combinée à une sélection active de titres comme source supplémentaire de potentiel de revenu.

Même les dieux grecs n’étaient pas omnipotents.