La dette américaine est-elle une arme pour Pékin?

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Doit-on craindre que la Chine utilise ses obligations US pour influer sur les taux d’intérêt et de change du dollar?


©Keystone

Le différend commercial en cours entre les États-Unis et la Chine remet en question non seulement les chaînes d'approvisionnement internationales mais aussi les certitudes économiques. Alors que beaucoup ont maintenant compris que les consommateurs paieront les droits d’importation, sur d'autres questions, même les professionnels ont des opinions divergentes. L’une de ces questions est de déterminer si la Chine pourrait utiliser ses stocks d’obligations du gouvernement américain comme arme contre les Etats-Unis et quelles en seraient les conséquences. L'accent est surtout mis ici sur des effets potentiels sur les taux d'intérêt américains et sur le taux de change du dollar par rapport au yuan.

Les achats massifs de bons du Trésor US à Pékin
ont coïncidé avec une appréciation du yuan.

Prenons d’abord en considération la domination perçue de la Chine sur le marché des obligations souveraines américaines: sur les 17,6 billions de dollars de bons du Trésor en circulation, la Chine détient 1,1 billion de dollars, ce qui correspond à une part de 6,4%. A son plus haut niveau, en juillet 2011, cette part était de 12,1%. Alors que la Réserve fédérale (Fed) a d'abord comblé l'écart, c'est maintenant le secteur privé américain qui prend en charge l'offre croissante d'obligations. Qu'en est-il des taux d'intérêt et de change? Comme le montre notre graphique de la semaine, les achats massifs de bons du Trésor US à Pékin ont coïncidé avec une appréciation du yuan. Et comme Pékin a également réduit sa position en termes absolus, le yuan a eu tendance à s'affaiblir. Ceteris paribus, on aurait pu s'attendre à l'inverse. Mais comme l'explique Xueming Song, économiste chez DWS pour la Chine: «Les achats de T-bills ne doivent pas être considérés en isolation. Ils ont d'abord été précédés par les excédents commerciaux massifs de la Chine, qui ont renforcé le yuan. En parallèle, les entreprises étrangères ont investi en Chine, ce qui pousse également à une appréciation du yuan.» Et le taux d'intérêt? Monterait-il en flèche si Pékin continuait à vendre? Ici aussi, l'histoire contredit cette thèse. Lorsque la Chine a multiplié ses avoirs par huit pour les porter à 0,8 billion de dollars entre 2002 et 2008, le taux d'intérêt des bons du Trésor à 10 ans a continué à augmenter. Et depuis près d'un an, les avoirs et les taux d'intérêt de Pékin sont en baisse.

«Il y a plusieurs raisons pour lesquelles
il est peu probable que Pékin souhaite une devise affaiblie.»

Mais est-ce que Pékin s'intéresse à une dévaluation du yuan? Même si elle aiderait l'industrie d'exportation, Xueming Song objecte: «Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il est peu probable que Pékin souhaite une devise affaiblie. L'une est une possible fuite des capitaux, comme cela s'est produit en 2015. Une autre est l’essor des initiatives Belt and Road et Shanghai Cooperation pour lesquels la Chine a besoin d’une monnaie forte. En outre, l'image que la Chine a d'elle-même en tant que challenger des États-Unis et pays détenteur d'une monnaie d’envergure mondiale n'est pas compatible avec un yuan faible.» Les dirigeants chinois peuvent probablement être accusés de bien des choses, mais la liste ne semble pas inclure le maintien artificiel de la monnaie de leur pays à bas niveau.

Avoirs chinois en bons du Trésor US et taux yuan/dollar

Sources: Refinitiv, DWS Investment GmbH as of 5/26/19