L’obligataires doit garder un œil sur la courbe des taux US

Beat Thoma, Fisch Asset Management

1 minutes de lecture

Beat Thoma, CIO chez Fisch Asset Management, réagit à la décision de la Fed. Les marchés obligataires interprètent différemment les données économiques qu'auparavant.

La décision de la Fed a été conforme aux attentes et n'a pas provoqué de fluctuations majeures dans les segments de marché. Les perspectives, qui ne prévoient que trois hausses de taux d'intérêt au cours de l'année à venir, laissent entrevoir une orientation restrictive et l'évaluation de l'évolution économique et du marché du travail est même positive. 

Néanmoins, les investisseurs obligataires sont prudents à ce stade du cycle économique et du crédit avancé. Depuis plusieurs mois, nous constatons que les marchés obligataires interprètent différemment les données économiques entrantes qu'auparavant. Le vent a tourné et le marché reconnaît que des chiffres économiques ou d'inflation avec des rendements en hausse immédiate ont été rapportés. 

En outre, en raison de la réduction du bilan de la banque centrale et de l'augmentation de la dette publique depuis le début de 2018, environ 50 milliards de dollars d'obligations d'État supplémentaires ont été offerts sur le marché chaque mois aux États-Unis depuis le début de 2018. Il en résulte non seulement un retrait permanent de liquidités, mais aussi une réaction du marché contrariée par la hausse des taux d'intérêt. 

Si la courbe de rendement s’aplatit, elle pourrait indiquer
la fin du cycle économique et le début d'une récession.

L'offre massivement plus élevée d'obligations d'État américaines fait grimper les taux d'intérêt à long terme. La tendance est modérée, mais devrait se poursuivre et s'étendre à l'Europe et au Japon. Le marché obligataire négatif subit une croissance économique vigoureuse et une inflation en hausse. Malgré cette base stable, les investisseurs obligataires doivent maintenant surveiller de près la courbe des taux américains. 

La courbe de rendement se situe toujours dans une fourchette normale et les hausses de taux d'intérêt de la Fed n'ont jusqu'à présent pas posé de problème pour la structure de la courbe de rendement. Mais si elle s’aplatit, c'est-à-dire si les taux d'intérêt à long terme se rapprochent des taux à court terme, il s'agit là d'un impressionnant signal d'alarme qui pourrait indiquer la fin du cycle économique et le début d'une récession. Et puis, il est temps de se repositionner sur les marchés du crédit et des actions.