Forte diversification grâce aux obligations émergentes en euros

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Les obligations souveraines offrent de plus en plus d'opportunités de diversification du risque de crédit.


©Keystone

Aujourd'hui, si les investisseurs acquièrent une obligation d'État allemande avec une échéance de 10 ans, leur investissement de 100 euros sera ramené à moins de 95 euros d'ici à son remboursement en 2029. Ce calcul ne tient pas encore compte de la perte de pouvoir d'achat. Si le taux d'inflation était en moyenne de 1% par an, l'investissement n'achèterait que des biens et services ne valant que 85 euros dans 10 ans. Les obligations souveraines allemandes (souveraines) sont généralement reconnues comme l'un des investissements les plus sûrs en Europe. Pourtant, lorsqu'il s'agit de préserver le pouvoir d'achat, voire la valeur nominale, ils sont loin d'être parfaits. Bien qu'il existe des techniques susceptibles de faciliter une meilleure préservation du capital (lire «Les obligations de la zone euro sont-elles encore gagnantes?»), la recherche de solutions alternatives est judicieuse.

Les choix proposés aux investisseurs
se sont considérablement étoffés ces dernières années.

Un exemple que Roland Gabert, gérant pour DWS, suggère de prendre en considération, sont les obligations d'État des marchés émergents (EM) libellées en euros. Les choix proposés aux investisseurs se sont considérablement étoffés ces dernières années. La plupart des obligations des marchés émergents sont encore libellées en dollars américains. Mais le marché des obligations libellées en euros connaît une forte croissance depuis 2015. Comme le souligne Gabert, la composition de l'indice obligataire J.P. Morgan Euro Emerging Markets Bond a gagné sept nouveaux pays pour la seule année 2019. De manière générale, la capitalisation boursière a plus que triplé depuis 2013, comme le montre notre «Graphique de la semaine» ci-dessous. Bien entendu, élargir son univers d’investissement offre plus d'occasions de diversifier le risque de crédit.

Leur qualité de crédit tend à être à peu près équivalente
à celle du secteur européen des obligations d'entreprises.

En termes de risque, les obligations souveraines des marchés émergents ne bénéficient pas de la même notation de crédit AAA que les obligations d'État allemandes. Leur qualité de crédit tend à être à peu près équivalente à celle du secteur européen des obligations d'entreprises. Il est intéressant de noter que les obligations émises par un certain nombre de pays émergents continuent de bénéficier d'une prime de rendement par rapport à ces émetteurs ayant des notations comparables. Cela signifie que les rendements des obligations souveraines européennes de base peuvent également être considérés comme un facteur clé pour les obligations souveraines des marchés émergents libellées en euros. Comme on pouvait s'y attendre, près d'un tiers des obligations des marchés émergents en euros génèrent désormais également un rendement négatif. Nous pensons toutefois qu'il reste encore un univers suffisamment vaste qui mérite d'être examiné de plus près.