Début réussi de la première IPO suisse de 2019

Yves Hulmann

2 minutes de lecture

Après Medacta, Alcon et Stadler Rail sont sur les rangs. Plusieurs sociétés peuvent tirer parti d’une fenêtre d’opportunités favorable, selon EY.


©Keystone

Le premier trimestre ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices pour les sociétés candidates à l’entrée en bourse, si l’on en croit une étude publiée fin mars par EY sur le sujet. Dans son dernier «Baromètre des IPO», le cabinet de conseil observait un net recul des entrées en bourse sur le plan mondial, avec une baisse particulièrement prononcée en Europe. Au niveau mondial, le volume d’émissions s’est établi entre janvier et mars à 13,1 milliards de dollars, soit un recul de 74% par rapport à la même période de 2018, tandis que le nombre d’introductions en bourse (199 IPOs) avait diminué de 41% au premier trimestre. En Europe, le volume d’émissions a même chuté à 0,4 milliard de dollars (-98%), avec seulement 23 introductions en bourse (47 un an plus tôt).

Alcon, la filiale de Novartis, pourrait peser
à elle-seule jusqu’à 27 milliards de dollars en bourse.

La tendance pourrait bien s’inverser en avril avec des entrées en bourse de taille qui sont attendues, en particulier celle d’Alcon prévu mardi prochain à la SIX. La filiale de Novartis pourrait peser à elle-seule jusqu’à 27 milliards de dollars en bourse lorsqu’elle sera cotée séparément du groupe pharmaceutique.

Bon début de Medacta jeudi

Dans l’immédiat, l’envolée du cours de Medacta lors de ses premiers échanges en bourse jeudi montre que les investisseurs sont à nouveau prêts à placer de l’argent dans des sociétés fraîchement cotées. Le fabricant de dispositifs médicaux tessinois Medacta a vu son titre grimper bien au-delà de son prix d'émission fixé à 96 francs, situé dans le milieu d’une fourchette comprise entre 88 et 104 francs. Le prix d'émission de 96 francs par action valorise la société à plus de 1,9 milliard de francs. 

Alcon accèdera directement au SMI

Mardi prochain, ce sera au tour d’Alcon de faire ses débuts à la bourse suisse – et aussi d’accéder directement à l’indice SMI où la filiale de Novartis remplacera le titre de Julius Baer parmi les vingt titres que compte l’indice phare de la bourse helvétique. Sur la base de la valorisation affichée par des sociétés concurrentes, à l’exemple de Johnson & Johnson, la plupart des analystes estiment la future valeur de la société, qui emploie plus de 20’000 collaborateurs à travers le monde, entre 21 et 23 milliards de dollars, avec une large fourchette allant de 16 à 27 milliards de dollars. 

Pour les investisseurs individuels, la prudence reste de mise lors des IPO.

A la mi-avril, le fabricant thurgovien de trains Stadler Rail pourrait à son tour effectuer ses débuts à la bourse suisse avec une capitalisation boursière estimée entre 3,3 et 4,1 milliards de francs par les analystes. 

Jeudi, Jos Dijsselhof, le directeur de SIX, l’exploitant de la bourse suisse, a salué l’entrée en bourse de Medacta qui a ainsi ouvert la «saison suisse des IPO en 2019».

Flexibilité et rapidité sont essentielles

Comment expliquer cette série rapprochée d’entrées en bourse qui succède à une absence quasi complète d’opérations de ce type pendant plusieurs mois? Il y a bien sûr le contexte boursier plus favorable, en dépit d’un environnement géopolitique largement incertain. Une solution dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine et, en ce qui concerne l’Europe, une clarification des rapports entre la Grande-Bretagne et l’UE contribuerait à améliorer l’ambiance sur les marchés, relevait Jolanda Dolente, partenaire chez EY Suisse dans un commentaire. Pour autant, les entreprises ne semblent pas avoir attendu les bras croisés ces derniers mois: «Beaucoup de candidats à l’entrée en bourse profitent de ce temps d’attente pour bien se préparer – car la flexibilité et la rapidité sont essentielles lorsque la fenêtre des IPO s’ouvre à nouveau», observe l’experte.

Attention au passage à vide

Pour les investisseurs individuels, la prudence reste de mise lors des IPO. Après une envolée spectaculaire lors de la première séance, il arrive fréquemment que les nouveaux titres cotés connaissent un passage de plusieurs semaines avant que l’action se stabilise, avant de repartir à la hausse. L’évolution du cours de Medacta jeudi s’inscrit dans une telle tendance: après avoir bondi à plus de 105 francs lors des premiers échanges, l’action de la medtech tessinoise évoluait en fin de séance à un peu plus de 96 francs, soit juste au-dessus de son prix d’émission.

Lire également:
Démarrage solide de Medacta à la Bourse suisse

SIX: 2019 sera une bonne année pour les IPO
Calendrier des IPO