Chine: pas de repos malgré ses 70 ans

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Le développement de la Chine est impressionnant, comme le montre son revenu par habitant.


©Keystone

La Chine célébrera son 70e anniversaire en tant que République populaire de Chine le 1er octobre. A juste titre, d’un point de vue économique, car une grande partie de la population a beaucoup évolué depuis le début de la République populaire. La Banque mondiale estime que près de 800 millions de personnes sont sorties de la pauvreté au cours des 30 dernières années. On peut débattre des termes et du nombre absolu, mais d’autres données confirment l’idée que la République populaire a été une réussite économique. 

La Chine devrait faire attention à ne pas tomber
dans ce qu’on appelle le «piège du revenu moyen».

Notre «graphique de la semaine» montre comment la Chine a devancé l’Inde dans une statistique particulièrement importante: le revenu par habitant. Alors que ce chiffre n’a fait que doubler au cours des dix dernières années en Inde, il a décuplé en Chine. C’est probablement dans l’intérêt de Pékin, car l’augmentation rapide des revenus pourrait contribuer à détourner l’attention de la population des affaires politiques. Parallèlement, la Chine devrait faire attention à ne pas tomber dans ce qu’on appelle le «piège du revenu moyen». C’est ce que la Banque mondiale appelle le danger pour les pays émergents de s’enliser dans le secteur des revenus moyens (inférieur à 15’000 dollars). Il ne faut donc plus être suffisamment bon marché pour avoir un avantage concurrentiel important dans les exportations à forte intensité de main-d’œuvre tout en demeurant peu attrayant aux yeux des entreprises pour attirer (ou retenir) des personnes dont le savoir-faire et les compétences en innovation pourraient créer de nouveaux avantages concurrentiels. 

La Chine risque d’être freinée par l’envolée
de la dette totale en pourcentage du PIB.

Nous pensons que Pékin est conscient de ce danger. Et il y a de bonnes raisons de croire que le pays pourra mieux échapper à ce piège potentiel que d’autres pays. La stratégie «Made in China 2025» vise à transformer la Chine d’un établi bon marché en un producteur de biens et services de plus grande valeur. Xueming Song, économiste de la Chine chez DWS, commente: «Dans ce contexte, le différend commercial avec les États-Unis est une lame à double tranchant. D’une part, elle oblige la Chine à accélérer ses efforts pour devenir technologiquement plus autonome. En revanche, la Chine risque de devoir d’abord accepter des revers si elle est coupée des produits intermédiaires de haute technologie occidentaux nécessaires. Toutefois, avant que la Chine ne suive la voie de la Corée du Sud vers le leadership technologique, elle risque d’être freinée par une autre dynamique impressionnante: la dette totale en pourcentage du produit intérieur brut (PIB) est passée de 162% à 276% au cours des dix dernières années».

A lire aussi...