Brexit: quelle est la conditionnalité de l'UE?

Stephanie Kelly, Aberdeen Standard Investments

1 minutes de lecture

L'agenda politique de nationalisation inquiète de nombreux investisseurs.

Ce vote était mort dans l’eau avant même qu’il ait eu lieu, grâce au travail, au DUP et au European Research Group, qui ont clairement annoncé qu’ils ne le soutiendraient pas. La livre sterling sera probablement volatile ces prochains jours, au moment où les investisseurs apprendront si le parlement votera contre aucun accord et si l'article 50 sera prolongé.

Je m'attendrais fortement à ce que le parlement rejette le «No Deal» à une large majorité. Cela ouvre la voie à l’approbation d’une extension de l’article 50 d’ici la fin de la semaine. La livre sterling devrait bien performer dans ce scénario car le risque technique de No Deal est réduit.

La question intéressante est de savoir quelle est la durée de la prorogation et, le cas échéant, quelle est la conditionnalité de l'UE, étant donné qu'elle doit être approuvée à l'unanimité à Bruxelles. Cela conditionnera la réaction du marché.

Une plus grande volatilité de la livre sterling est probable au cours de la période de prolongation, car la politique du Royaume-Uni risque d'être confrontée à un réalignement important au cours de cette période de prolongation et à la possibilité que les électeurs se rendent de nouveau aux urnes. En particulier, une élection générale constituerait un défi pour les investisseurs: alors qu'un gouvernement travailliste poursuivrait probablement un Brexit plus souple, l'agenda politique de nationalisation inquiète de nombreux investisseurs.