Actions chinoises A, le train accélère!

Karine Hirn, East Capital

2 minutes de lecture

Pourquoi devrait-on se soucier des changements d'indices et quelles sont les implications?

Le 28 février, MSCI, le principal fournisseur d'indices de marchés a fait une annonce qui a des implications profondes pour les investisseurs dans le monde entier. Pourquoi devrait-on se soucier des changements d'indices et quelles sont les implications?

Rapide retour sur les A-shares

Les actions chinoises A-Shares (qui sont les valeurs domestiques libellées en RMB et cotées à Shanghai et à Shenzhen, tandis que les actions H sont des actions chinoises cotées à Hong Kong) représentent aujourd'hui le deuxième plus grand marché boursier du monde, avec 7 mille milliards de dollars de capitalisation boursière. Ce marché s'est progressivement ouvert aux capitaux étrangers grâce à divers programmes et initiatives réglementaires tels que le QFII (lancé en 2002), le RQFII (établi en 2011), le Hong Kong-Shanghai Stock Connect (2014) et le Hong Kong-Shenzhen Stock Connect (2016), mais il demeure largement dominé par les investisseurs de la Chine continentale, notamment des petits porteurs.

Processus d'inclusion

En tant que promoteur d’indices de premier plan, MSCI compte parmi ses clients la majorité des gérants et investisseurs institutionnels. Soit parce qu'ils gèrent des stratégies passives, soit parce que cet indice est utilisé pour la construction de portefeuilles et l'évaluation des performances, il est estimé que plus de 2 mille milliards de dollars américains d'actifs suivent l'indice MSCI Emerging Markets.

Les investisseurs sont satisfaits des progrès accomplis en matière
de réglementation pour améliorer l'accessibilité du marché.

En mai 2018, MSCI a ajouté, pour la première fois, environ 230 valeurs de Chine continentale à leur indice des marchés émergents. En raison de l'énorme taille du marché ainsi que de certaines lacunes en terme d'accessibilité et de trading, cette première étape a été faite avec un faible indice d'inclusion de 5% (5% de la pondération totale prévue à la fin du processus d'inclusion), et les actions de classe Ace qui constituait seulement 0,7% de l'indice MSCI Emerging Market en septembre 2018. A noter que la Chine (H-shares et ADRs) compte pour environ 30% de l'indice.

Le 28 février 2019, MSCI a annoncé qu'il quadruplerait le facteur d'inclusion, ce qui implique que, d'ici la fin de l'année 2019, le nombre d’actions A-shares doublera presque pour atteindre 450 et représentera 3,3% de l'indice MSCI Emerging Markets (à rajouter donc au 30% de la Chine offshore). Outre les large caps, l'indice MSCI comprendra également les large caps de ChiNext, la version chinoise du NASDAQ de la bourse de Shenzhen) ainsi que les actions A à capitalisation moyenne.

Pourquoi est-ce important?

MSCI a pris sa décision suite à une vaste consultation et à une approbation quasi unanime de la part de ses participants de marché et ses clients, dans laquelle nous avons également participé. Les investisseurs sont satisfaits des progrès accomplis en matière de réglementation pour améliorer l'accessibilité du marché, en particulier la réduction significative des suspensions de trading ces derniers mois.  Il s'agit d'une reconnaissance importante pour la Chine. Les «réformes sont payantes», et l'ouverture des marchés boursiers chinois est une étape clé sur la feuille de route de l'internationalisation du RMB. La deuxième plus grande économie mondiale s'intègre ainsi davantage aux marchés mondiaux des capitaux.

Les investisseurs étrangers représentent aujourd'hui 6,7%
du flottant et devraient atteindre 10% dans un futur proche.

Deuxièmement, la pondération prévue de 3,3% est maintenant de taille et, en tant que telle, aucun participant au marché ne peut se permettre de l'ignorer. Nous notons déjà, à Hong Kong notamment, plus d’intérêt des investisseurs, des courtiers et des prestataires de services. En outre, le fait que certaines valeurs du Chinext rejoignent l'indice représente une exposition au côté le plus dynamique et innovant de l'économie chinoise, et en tant que tel ouvre une nouvelle ère pour les investisseurs, qui pour longtemps se sont limités aux grandes entreprises publiques et les secteurs traditionnels.

Implications pour le futur

À court et à moyen terme, l’annonce de MSCI implique un apport de 70 milliards de dollars américains sur le marché des actions A. Nous avons déjà enregistré cette année plus de 20 milliards de dollars de flots de capitaux, probablement un «pré-positionnement» à l'annonce de l'indice MSCI et nous pouvons nous attendre à ce que l'élan se poursuive en 2019. Avec un P/E 19e de 12.1 x, les marchés intérieurs chinois offrent aujourd'hui une proposition d'investissement extrêmement attrayante, et un niveau d'entrée favorable, même après un gain de + 25% depuis le début de l’année 2019.

Parmi les implications à long terme pour la Chine, il est important de souligner l'environnement du marché. Même si les investisseurs de Chine continentale continuent de représenter la majorité de la capitalisation boursière et des volumes journaliers, les investisseurs étrangers représentent aujourd'hui 6,7% du flottant et devraient atteindre 10% dans un futur proche. Avec une participation accrue des investisseurs institutionnels étrangers ayant un horizon à plus long terme pour leurs décisions d'investissement, le marché se transformera, avec une réduction de la volatilité et une amélioration des pratiques de gouvernance d'entreprise.

La première annonce de MSCI en 2017 était le signal du départ de l’intégration des marchés chinois aux marchés mondiaux. A la fin de ce voyage, les actions de la Chine compteront pour environ 14% de l'indice MSCI EM. La durée exacte de ce voyage reste une inconnue, mais avec cette dernière décision de MSCI, le train accélère.