Étude sur les défaillances d'infrastructures et les évaluations de 2017

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

La proportion des notes spéculatives a augmenté au cours de la dernière décennie malgré une croissance ininterrompue au cours des 25 dernières années.

Les infrastructures ont connu une évolution positive des notations en 2017, avec 114 mises à niveau et 87 revalorisations, inversant les tendances négatives en 2015 et 2016. Il y a eu 7 défaillances au cours de l'année.

Le secteur mondial des infrastructures notées a connu une croissance ininterrompue au cours des 25 dernières années. La majorité du secteur est notée «A» ou «BBB» par S&P Global Ratings. Cependant, la proportion des notes spéculatives a augmenté au cours de la dernière décennie.

La tendance des notations d’infrastructures est négative depuis 1981 et tous les secteurs de l’infrastructure, à l’exception des infrastructures sociales, ont enregistré une évolution négative. Sur le long terme, les crédits d’infrastructure présentent une probabilité de défaut plus faible et une stabilité supérieure à celle du segment non financier au sens large.

Les infrastructures par défaut montrent certaines concentrations régionales, avec les États-Unis. représentant 90 sur 127 défaillances (ou 71%) d'infrastructure, suivi de l'Amérique latine avec 16%; Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) avec 13%; et Asie-Pacifique avec moins de 1%.

Les recouvrements sont généralement plus élevés pour les infrastructures que pour les entreprises non financières. En outre, au sein de l'infrastructure, les notations de l'infrastructure d'entreprise ont des taux plus élevés que ceux de l'infrastructure de financement de projet.