USA: ralentissement de la productivité confirmé

AWP

2 minutes de lecture

Au troisième trimestre, la productivité a avancé de 2,3% (contre 2,2% initialement estimé), après 2,9% au deuxième trimestre.

Le ralentissement de la hausse de la productivité aux Etats-Unis au troisième trimestre a été confirmé jeudi par le département du travail, qui a publié son estimation finale.

De juillet à septembre, la productivité a avancé de 2,3% (contre 2,2% initialement estimé), après 2,9% au deuxième trimestre, la meilleure cadence enregistrée depuis le premier trimestre 2015.

C’est le résultat d’une augmentation de 4,1% de la production (contre 5% au 2e trimestre), accompagnée d’une hausse de 1,8% des heures travaillées (contre +2% au trimestre précédent).

Sur un an, du troisième trimestre 2017 au troisième trimestre 2018, la productivité n’est en hausse que de 1,3%, détaille le département du Travail dans un communiqué.

Le coût unitaire de la main-d’oeuvre n’a finalement augmenté que de 0,9% au lieu de 1,2% précédemment estimé. La croissance de la rémunération horaire a été de 3,1% sur le trimestre au lieu des 3,5% estimés et ne s’affiche qu’à 2,2% sur l’année, à peine au-dessus de l’inflation.

L’économie américaine connaît depuis plusieurs années une faible progression de sa productivité, élément clé de la croissance économique et de l’amélioration du niveau de vie.

La progression de la productivité a ainsi été de seulement 0,1% en 2016, et de 1,1% l’année dernière. Les analystes prévoient qu’elle grimpe à 1,5% cette année.

Lundi, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell a exprimé des doutes sur le fait que la hausse des salaires des moins favorisés, observée récemment aux Etats-Unis, puisse se poursuivre vu les faibles progrès de productivité.

La productivité «a progressé ces derniers mois après plusieurs années de croissance très lente, mais il n’est pas évident que cette tendance se poursuive», a affirmé M. Powell dans un discours.

Les commandes industrielles baissent de 2,1% en octobre
Les commandes industrielles aux Etats-Unis ont reculé de 2,1% au mois d’octobre essentiellement à cause d’une chute brutale des commandes d’équipements de transports, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Commerce.
En données corrigées des variations saisonnières, elles ont atteint 502,7 milliards de dollars.
Les analystes s’attendaient à une baisse de 2% pour octobre.
Hors secteur des transports, les commandes industrielles sont en hausse de 0,3% à 417,8 milliards.
Depuis le début de l’année, les commandes industrielles sont en hausse de 8,3%, et de 7,7% sans les transports.
En octobre, les commandes de biens durables, qui représentent près de la moitié des commandes industrielles, ont reculé de 4,3%.
Les commandes dans les transports ont chuté à cause de l’aéronautique militaire (-59,3%) mais aussi civile (-22,2%).
Les commandes de biens non durables ont augmenté de 0,3% à 253,7 milliards de dollars.
Le département du Commerce a par ailleurs indiqué que les stocks de biens durables ont encore augmenté (+0,1%) en octobre et se sont inscrits en hausse vingt et une fois au cours des 22 derniers mois.
La croissance de l’activité dans les services accélère en novembre
La croissance de l’activité dans les services aux Etats-Unis s’est accélérée en novembre pour s’établir à 60,7%, selon l’indice des directeurs d’achats publié jeudi par l’association professionnelle ISM.
L’indice non-manufacturier signale une progression de l’activité dès qu’il s’établit au-dessus de la limite de 50%. Il avait affiché 60,3% en septembre, un niveau alors record. Les analystes s’attendaient en moyenne à une décélération et un indice à 59%.
Parmi les composantes de l’indice, le baromètre d’activité a bondi de 2,7 points de pourcentage à 65,2%. Les commandes ont gagné 1 point à 62,5%.
L’emploi, en revanche, a reculé à 58,4%, contre 59,7%.
L’indice reflétant les prix payés par les entreprises du secteur des services affiche un bond de 2,6 points, à 64,3%. C’est le 33ème mois consécutif de hausse des prix.
Les stock, eux, affichent une accélération de leur hausse (+1,5 point à 57,5%).