USA: la Fed recrutée pour faciliter les prêts aux petites entreprises

AWP

1 minutes de lecture

La Réserve fédérale va mettre en place un dispositif consistant à racheter les prêts octroyés par les banques privées dans le cadre du plan de sauvetage des PME.

La Banque centrale américaine a annoncé lundi qu’elle allait se mobiliser pour participer au gigantesque plan de sauvetage des petites et moyennes entreprises, qui a démarré non sans mal la semaine dernière mais semble prendre de la vitesse.

«Pour faciliter les prêts aux PME par le biais du Programme de protection des salaires de l’Agence fédérale des PME», la Réserve Fédérale va mettre en place un dispositif consistant à racheter les prêts octroyés par les banques privées dans le cadre de ce programme.

Même si ces prêts doivent in fine se transformer en aide de l’Etat --une fois que les entreprises de 500 employés ou moins ont apporté la preuve qu’elles ont utilisé l’argent frais afin de garder leur personnel ou de le réembaucher--, la Fed permet ainsi d’accélérer le mouvement.

En rachetant le prêt, la Fed permet aux banques de les effacer de leur comptabilité et de prêter à de nouvelles entreprises éligibles.

Au total, le Congrès a octroyé 349 milliards de dollars à ce programme lancé vendredi.

La philosophie en est simple: le tissu de banques privées sert d’intermédiaire pour faire arriver l’argent plus vite auprès des entreprises dans le besoin, mais les établissements ne courent aucun risque financier.

Vendredi, toutefois le programme a connu des hoquets, les banques n’étant pas prêtes ou estimant n’être pas assez informées.

Donald Trump --qui est en pleine campagne de réélection-- a fait de la préservation de l’emploi sa priorité absolue alors que la pandémie de Covid-19 a paralysé une bonne partie de l’économie et que quelque 10 millions de personnes ont dû pointer au chômage lors des deux dernières semaines de mars.

Lundi, un conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow,--dont l’un des rôles principaux est de dépeindre la situation quelle qu’elle soit sous son jour le plus rose-- affirmait: «nous avons démarré en force, avec un tas de prêts pour 38 milliards de dollars, soit 130.000 prêts de 2.400 créanciers, y compris des grandes banques et un tas de banques régionales».

Comme le président et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, M. Kudlow a réaffirmé que le gouvernement était prêt à demander plus d’argent «si et c’est un grand si, nécessaire».

A lire aussi...