Tessin: la reprise tuée dans l’oeuf au premier trimestre

AWP

1 minutes de lecture

Les signaux en provenance de l’industrie d’exportation et du secteur de la construction sont préoccupants.

Le ralentissement de la croissance économique tessinoise observé fin 2018 s’est confirmé pendant les premiers mois de 2019. Les signaux en provenance de l’industrie d’exportation et du secteur de la construction sont préoccupants, alors même que certains indicateurs du marché intérieur s’affichent en hausse.

«Dans le marasme général, il est presque surprenant de constater le léger redressement de la consommation intérieure», relève le bureau cantonal de la statistique dans son rapport conjoncturel publié jeudi, qui signale également le retour à la croissance des nouvelles immatriculations (+5,9% sur un an, contre +2,5% en moyenne nationale) ainsi que la stabilité de l’indice de confiance des consommateurs, même si ce dernier reste en territoire négatif.

Pendant la période sous revue, les exportations nettes du canton italophone ont fondu de près d’un quart (-24,5%) par rapport au trimestre précédent, à moins de 1,63 milliard de francs, contre une contraction 0,4% à l’échelle nationale. Les importations nettes - c’est-à-dire hors articles de joaillerie et métaux précieux - ont chuté de 7,8% à 1,74 milliard, alors que dans l’ensemble du pays, elles ont progressé de 1,2%.

La situation est également préoccupante dans la construction, où «tout le secteur apparaît en difficulté, à l’exception des entreprises actives dans les travaux d’installation». Ce ralentissement s’illustre également dans les statistiques sur les transactions immobilières et les demandes de permis de construire, relèvent les économistes tessinois.

Les nuitées hôtelières au cours des trois premiers se sont redressées de 5,2% à un peu plus de 250’000, partant toutefois d’une base de comparaison singulièrement basse. Si l’on y ajoute le mois d’avril, qui inclut le férié pascal, le total monte à près de 470’000. C’est 6,8% de mieux que sur la même période en 2018, mais toujours 6,9% de moins qu’en 2017.

Le Tessin comptait au premier trimestre 226’900 postes de travail, 1,6% de mieux sur un an et 0,9% par rapport au trimestre précédent - contre un taux stable sur l’ensemble de la Suisse. Quelque 63’900 étaient occupés par des travailleurs frontaliers (-1,2% sur un an)