SIX: envolée des résultats grâce à une cession

AWP

1 minutes de lecture

Les actionnaires se verront gratifiés d’un dividende ordinaire de 4,10 francs par action, en recul de 2,9 francs.

Le groupe de services financiers SIX a enregistré l’année dernière une envolée des résultats, portés par la vente en mai dernier de son unité trafic des paiements. Malgré cette cession d’envergure, la société zurichoise a réussi à maintenir ses recettes quasiment au niveau de l’année précédentes.

En 2018, le produit d’exploitation s’est à peine effiloché de 0,3% à 1,94 milliard de francs. Les investissements, les activités de fusion et acquisition et les ajustements de prix ont par contre pesé sur le résultat opérationnel, qui a chuté de 21,1% à 221,3 millions, a précisé SIX lundi dans un communiqué.

Le groupe avait annoncé mi-mai la vente de l’unité Payment Services à son concurrent français Worldline, filiale du groupe informatique Atos, pour 2,3 milliards d’euros (2,6 milliards de francs au cours actuel). L’opération avait été finalisée en décembre dernier.

Au terme de l’opération, SIX détient 27% de Worldline. Le deux entreprises se sont également engagées à collaborer durant une période de dix ans, Worldline prenant dans l’immédiat une participation dans Twint, en charge du développement de l’application de paiement éponyme, pour 15 à 20 millions d’euros.

Payment Services était le plus important contributeur aux recettes de l’entreprise, avec un chiffre d’affaires 993,8 millions de francs sur les 1,94 milliard récoltés au niveau du groupe en 2017.

Cette vente a eu un impact positif sur le bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit), qui s’est élevé à 2,95 milliards de francs, après 273,2 millions en 2017. Le profit net s’est lui envolé à 2,88 milliards, contre 207,2 millions l’exercice précédent.

Hors les apports exceptionnels résultant de la cession, l’Ebit aurait seulement atteint 222,9 millions et le résultat net 160,0 millions.

Actionnaires choyés

Les actionnaires, soit les 130 banques propriétaires du groupe, se verront gratifiés d’un dividende ordinaire de 4,10 francs par action, en recul de 2,9 francs. Ils percevront cependant une rétribution additionnelle de 17,30 francs issue de la transaction avec Worldline.

Le directeur financier de SIX, Daniel Schmucki, a indiqué à AWP que le groupe prévoyait de reverser chaque année entre 50% et 65% du bénéfice aux actionnaires.

Hormis le dividende en hausse, les instituts financiers - notamment UBS et Credit Suisse qui détiennent ensemble 31,1% de SIX - bénéficient aussi de baisses des prix. D’autres réductions des tarifs ne sont pas prévues cette année, a ajouté M. Schmucki.

Ce dernier a estimé que la société devrait profiter cette année des restructurations opérées en 2018. Les premières semaines du nouvel exercice ont permis au groupe d’engranger une croissance dans tous les domaines.

Sur l’ensemble de l’année, M. Schmucki table sur une légère croissance organique. La vente des activités de trafic des paiements aura par contre comme conséquence un résultat d’exploitation plus faible.