OMC: Roberto Azevedo pessimiste pour le règlement des différends

AWP

1 minutes de lecture

«Les membres de l’OMC commencent à réaliser qu’ils doivent aussi travailler sur un scénario dans lequel aucune solution ne pourra être trouvée» pour sortir l’organe d’appel de l’impasse, estime le directeur.

Le chef de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a déclaré jeudi que les Etats membres se préparaient à la fin du système de règlement des conflits commerciaux, bloqué depuis des mois par les Etats-Unis.

L’Organe de règlement des différends (ORD), souvent surnommé la cour suprême du commerce mondial, est en crise depuis que Washington refuse d’approuver la nomination de nouveaux juges à son organe d’appel.

L’administration du président, Donald Trump, accuse l’ORD d’outrepasser ses pouvoirs en émettant des jugements qui, selon elle, violent la souveraineté nationale.

Les membres de l’OMC «travaillent d’arrache-pied pour trouver une solution afin de sortir l’organe d’appel de l’impasse à temps pour éviter la paralysie», a déclaré le directeur général de l’OMC, Roberto Azevedo, lors d’une rencontre avec des journalistes à Genève.

«Mais ils commencent à réaliser qu’ils doivent aussi travailler sur un scénario dans lequel aucune solution ne pourra être trouvée», a-t-il ajouté.

L’OMC doit régler ce problème d’ici décembre, date à laquelle, en raison des départs prévus, l’organe d’appel n’aura plus suffisamment de juges pour fonctionner.

«Décembre n’est pas dans 6 mois. Décembre est déjà là», a martelé M. Azevedo, en soulignant le caractère urgent de la crise.

Le ministère américain au Commerce considère qu’aucun tribunal étranger ne peut supplanter la justice américaine.

«Si nous n’avons pas un système de règlement des différends qui fonctionne convenablement, le travail que nous faisons sera compromis», a estimé le chef de l’OMC.