OCDE: le revenu des ménages dépasse la croissance du PIB

Communiqué, OCDE

2 minutes de lecture

La progression des rémunérations a augmenté de 0,7% au premier trimestre.

La croissance du revenu réel des ménages par habitant, qui donne une meilleure idée de l’évolution du bien-être économique des ménages que la croissance du PIB réel par habitant, a atteint 0,7% dans la zone OCDE au premier trimestre 2018 contre 0,4% au quatrième trimestre de 2017. Elle a ainsi dépassé la croissance du PIB réel par habitant, qui a ralenti à 0,4% (contre 0,5% au quatrième trimestre de 2017). Cependant, les totaux de la zone OCDE masquent des variations importantes d'un pays à l'autre.

Revenu réel des ménages et PIB par habitant
Variation en pourcentage par rapport au trimestre précédent, données désaisonnalisées

Aux États-Unis et en Allemagne, la croissance du revenu réel des ménages par habitant s'est fortement accélérée pour atteindre 0,9% au premier trimestre de 2018, dépassant de manière significative la croissance du PIB réel par habitant (qui est restée à 0,4% aux États-Unis et à ralenti à 0,3% en Allemagne).

Au Royaume-Uni*, la croissance du revenu réel des ménages par habitant a atteint 0,2% au premier trimestre de 2018 (après une contraction de moins 0,6% au trimestre précédent), dépassant légèrement la croissance du PIB réel par habitant (0,1%).

Au Canada, la croissance du revenu réel des ménages par habitant est inchangée au premier trimestre de 2018 (elle a atteint 0,1% au quatrième trimestre). Elle est ainsi  légèrement en deçà de la croissance du PIB réel par habitant, qui a augmenté de 0,1% (elle affichait moins 0,1% au trimestre précédent).

En revanche, en France et en Italie, le revenu réel des ménages par habitant s'est contracté (respectivement de 0,6% et 0,2%) au premier trimestre 2018. Par ailleurs, la croissance du PIB réel par habitant a ralenti en France à 0,1% (contre 0,6% au trimestre précédent) et elle est restée stable à 0,3% en Italie.

Le revenu réel des ménages par habitant s'est également contracté dans l'Union européenne de (moins) 0,1%, il reste en deçà du le PIB réel par habitant, qui a ralenti à 0,4%. Dans la zone euro, la croissance du PIB réel par habitant a aussi ralenti (à 0,3%), dépassant la croissance du revenu réel des ménages par habitant, qui a ralenti (à 0,1% au premier trimestre 2018) pour le troisième trimestre consécutif.

Au cours des neuf derniers trimestres, dans l’ensemble de l’OCDE, la croissance du PIB par habitant a dépassé de 0,5 point la croissance du revenu des ménages par habitant. Parmi les sept principales économies, l'écart était le plus important au Royaume-Uni * (3,9 points de pourcentage), suivi par la France (1,9 point), l'Italie (1,6 point) et l'Allemagne (0,6 point). Par ailleurs, la croissance du revenu des ménages par habitant a dépassé la croissance du PIB par habitant au Canada (0,9 point de pourcentage) et aux États-Unis (0,6 point).

Depuis le premier trimestre de 2010, parmi les sept principales économies, l'écart était le plus élevé au Royaume-Uni*(7,6 points de pourcentage), tandis qu'aux États-Unis et au Canada, la croissance du revenu réel par habitant dépassait de 3,4 points et 0,9 point respectivement la croissance du PIB réel par habitant.

La croissance du PIB par habitant a dépassé le revenu des ménages par habitant dans la plupart des pays de l'OCDE depuis 2010
Différence en points de pourcentage des taux de croissance cumulés du revenu réel des ménages par habitant et du PIB par habitant
Revenu trimestriel réel des ménages par habitant
Variation en pourcentage par rapport au trimestre précédent, données désaisonnalisées
 

 

* Royaume-Uni - Les données réelles sur le revenu des ménages présentées dans ce communiqué ont été compilées par l'OCDE sur la base des données nominales sur le revenu des ménages publiées par l'ONS dans le "UK Economic Accounts series (UKEA)" - voir https://www.ons.gov.uk/economy/grossdomesticproductgdp/timeseries/rphq/ukea. Les données des comptes sectoriels pour le Royaume-Uni n'ont pas encore été validées par Eurostat en raison de problèmes de cohérence importants entre les secteurs.