Novartis progresse sur le deuxième trimestre 2019

AWP

2 minutes de lecture

L’externalisation de son ancienne filiale Alcon lui a permis de comptabiliser un gain non récurrent de 4,7 milliards de dollars.

Le laboratoire Novartis affiche à l’issue du deuxième trimestre 2019 une progression généralisée de la performance de ses activités poursuivies. Déjà allégé d’Alcon et prochainement d’activités de Sandoz outre-Atlantique, le colosse pharmaceutique relève ses ambitions de croissance et de performance dans son coeur de métier.

Apuré des ajustements de périmètre, le chiffre d’affaires a progressé de 4% à 11,76 milliards de dollars. Le coeur de métier constitué par l’unité Innovative Medicines a étoffé sa contribution aux recettes de 5% à 9,3 milliards de dollars. Confrontée à une pression tarifaire intense aux Etats-Unis, la filiale dédiée aux génériques et biosimilaires Sandoz en revanche a essuyé une contraction de 1% à 2,4 milliards.

Novartis rappelle s’être engagé à céder les portefeuilles étasuniens de Sandoz en dermatologie et dans les comprimés à Aurobindo avant la fin de l’année.

L’excédent opérationnel s’est enrobé de 10% à 2,66 milliards. Le bénéfice net de 2,7 milliards a toutefois souffert de l’effet de base de la cession à GlaxoSmithKline (GSK) des parts de Novartis dans leur coentreprise autour des médicaments sans ordonnance. Cette opération avait permis d’engranger un produit net de 5,7 milliards.

L’externalisation en avril de l’ancienne filiale Alcon – désormais aussi cotée sur SIX – a permis de réaliser un gain non récurrent de 4,7 milliards de dollars, comptabilisé toutefois dans les activités non poursuivies.

Premiers pas prometteurs pour le Zolgensma

Sans s’engager sur le terrain des chiffres, le directeur général Vasant Narasimhan s’est montré particulièrement satisfait du lancement aux Etats-Unis de la première thérapie génique de la multinationale. L’Agence sanitaire américaine (FDA) a délivré fin mai son autorisation de commercialisation pour le Zolgensma, développé par le laboratoire chicagolais Avexis racheté il y a un an pour près de 9 milliards de dollars et dont le prix a été fixé à 2,215 millions de dollars.

Nonobstant ce tarif, M. Narasimhan assure avoir dans certain cas obtenu une décision de remboursement en moins de 24 heures.

L’antipsoriasique Cosentyx (+22% à 858 millions de dollars), le médicament pour le coeur Entresto (+76% à 421 millions) et l’anticancéreux Lutathéra (multiplié par plus de quatre à 109 millions) ont catalysé la croissance sur la période. Les moteurs de ventes déclinants Gilenya (-5% à 825 millions), Tasigna (-4% à 468 millions) et Glivec (-22% à 323 millions) ont par contre freiné la progression.

La direction relève au passage ses ambitions pour l’ensemble de l’exercice, anticipant désormais une croissance portée par Innovation Medicines de 5 à 10% contre environ 5% jusqu’à présent. L’excédent opérationnel de base - soit hors amortissements sur actifs intangibles, charges de dépréciation, frais d’acquisition et d’intégration, ainsi que tout élément jugé exceptionnel de plus de 25 millions de dollars - doit s’établir au-delà de 10%, contre juste en dessous précédemment.

Promesses conditionnées

Ces objectifs excluent les performances d’Alcon et des portefeuilles de Sandoz en voie d’externalisation. Ils demeurent conditionnés à l’absence de concurrence générique pour le moteur de ventes vieillissant Gilenya aux Etats-Unis.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) salue une extension des marges avant même l’achèvement de la mue de la multinationale pharmaceutique. L’établissement zurichois souligne néanmoins que les fantasmes des investisseurs autour des balbutiants traitements cellulaires, thérapies géniques et thérapies radioligandes ne se reflètent pas encore dans les résultats du groupe

Pour rehaussés qu’ils soient, les jalons fixés par la direction laissent présupposer une concurrence des génériques sur la seconde moitié de l’année, nuance Vontobel.

Les investisseurs pour leur part ne boudaient pas leur surprise et propulsaient à l’approche de la mi-journée la nominative Novartis (+4,4% à 93,65 francs) à la tête d’un SMI en hausse de 0,70%.