Métaux précieux: or stable et palladium en légère hausse

AWP

2 minutes de lecture

«Les investisseurs sont toujours dans l’attente de progrès concrets entre les USA et la Chine», a expliqué Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

L’or est resté stable sur la semaine, même s’il a évolué au gré des discussions sino-américaines, tout comme l’argent et le platine, tandis que le palladium a progressé légèrement.

«Avec tout le bruit qui a entouré les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine cette semaine, les investisseurs sont toujours dans l’attente de progrès concrets», a expliqué Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

Chinois et Américains se sont séparés sur une note optimiste vendredi à Pékin après deux jours de négociations commerciales, tout en reconnaissant que des questions «très difficiles» restaient en suspens à deux semaines de la nouvelle salve de droits de douane que menace de tirer Donald Trump.

En tant que valeur refuge, l’or a plutôt tendance à s’apprécier en période d’incertitudes politiques ou économiques, même si cela ne se vérifie pas systématiquement.

Selon M. Otunuga, l’or pourrait également réagir aux développements concernant la volonté du président américain Donald Trump de déclarer l’«urgence nationale» pour financer un mur à la frontière avec le Mexique, sa grande promesse de campagne.

Autre facteur déterminant pour le prix du métal précieux: la force du dollar, même s’«il convient de noter que les lingots ont retrouvé des couleurs malgré la vigueur du billet vert», a souligné Carlo Alberto De Casa, analyste pour ActivTrades.

«C’est un autre signe de l’intérêt croissant des investisseurs pour le métal jaune», a-t-il ajouté alors que l’or a gagné plus de 10% depuis début octobre.

L’or, comme de nombreuses autres matières premières, étant libellé en dollars, une hausse de celui-ci renchérit le prix du métal précieux pour les investisseurs utilisant d’autres devises.

Jeudi, l’or a néanmoins pu bénéficier d’un accès de faiblesse du dollar, alimenté par des ventes au détail aux Etats-Unis qui ont connu leur pire évolution sur un mois en décembre depuis dix ans.

Concernant les platinoïdes, les analystes de Commerzbank ont rappelé que le département américain du Commerce avait jusqu’à dimanche pour rendre un rapport et répondre à la question de savoir si la part des importations de véhicules représente un risque pour la sécurité nationale.

Si le texte répond par l’affirmative, «Trump aura 90 jours pour décider l’introduction de droits de douane sur les importations de véhicules», ont expliqué les analystes de Commerzbank.

«Cela pourrait secouer l’industrie de l’automobile, ainsi que les marchés du platine et du palladium», les deux métaux étant majoritairement utilisés dans la production de véhicules, ont-ils poursuivi.

Si le palladium a progressé un peu sur la semaine, sans parvenir à dépasser son record historique atteint le 17 janvier à 1.439,46 dollars l’once, le platine resté à un niveau bas.

Majoritairement utilisé dans la production de véhicules diesel, le platine souffre depuis plusieurs années du scandale sur les moteurs truqués qui a détourné les consommateurs de ce type de voiture.

De plus, mercredi, Johnson Matthey, premier raffineur mondial de platine et palladium, a estimé le surplus d’offre de platine à environ 498.000 onces en 2018, «le plus important excédent en neuf ans», a commenté Commerzbank.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.318,15 dollars vendredi vers 13H10 GMT, contre 1.314,81 dollars le vendredi précédent vers 13H45 GMT.

L’once d’argent valait 15,66 dollars, contre 15,86 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine s’échangeait à 791,14 dollars, contre 799,80 dollars sept jours plus tôt.

L’once de palladium valait pour sa part 1.425,82 dollars, contre 1.392,46 dollars à la fin de la semaine précédente.