Métaux industriels: les tensions sino-US plombent le cuivre

AWP

1 minutes de lecture

Le plomb et le zinc ont également reculé cette semaine, tandis que l’aluminium a gagné du terrain, tout comme l’étain et le nickel.

Le cuivre a reculé sur le London Metal Exchange (LME) pour la cinquième semaine consécutive, victime du regain des tensions commerciales.

Le plomb et le zinc ont également reculé, tandis que l’aluminium a, en revanche, gagné du terrain, tout comme l’étain et le nickel.

Après un bref rebond en milieu de semaine, «les métaux ont repris leur repli, en ligne avec les Bourses asiatiques, après des informations de presse sur la réticence de la Chine à poursuivre les négociations avec les Etats-Unis vu l’agressivité de Washington», ont commenté les analystes de Commerzbank.

Les médias officiels s’étaient abstenus ces derniers mois de jeter de l’huile sur le feu, à mesure que Pékin et Washington semblaient se rapprocher d’un accord. Mais ils ont opté cette semaine pour une rhétorique au ton guerrier.

CCTV avait donné lundi soir le «la» d’un changement de ton des médias d’Etat lors de son grand JT de 19H, le présentateur adoptant un langage inhabituellement ferme et affirmant notamment que Pékin se battrait «jusqu’au bout» dans son affrontement commercial avec l’Amérique de Donald Trump.

Le conflit commercial qui oppose les deux plus grandes économies mondiales menace de plomber la croissance internationale et, par ricochet, la consommation chinoise de métaux de base.

Comme la Chine engloutit les matières premières, dont elle est le premier importateur, toute inquiétude sur la santé de son économie pèse sur les cours du LME.

Non-coté à Londres, le cours du minerai de fer échangé à Singapour a retenu l’intérêt des investisseurs.

A rebours des autres métaux, le fer a grimpé jeudi à 98,25 dollars la tonne, à son plus haut depuis près de cinq ans.

L’offre de fer a été perturbée depuis début février suite à la rupture catastrophique d’un barrage au Brésil, qui a forcé l’opérateur du site et premier producteur mondial Vale à limiter ses extractions.

Jeudi, les investisseurs se sont inquiétés de voir la justice brésilienne demander à Vale de prévenir les populations proches d’un autre barrage d’un risque d’effondrement, ce qui a fait grimper les cours du fer.

Le groupe a depuis affirmé que toutes les mesures de sécurité nécessaires avaient été prises sur le site.

«Outre ces inquiétudes sur l’offre, la demande reste robuste, avec une production record d’acier de la Chine en avril», ont commenté les analystes de ING.

Le fer est majoritairement utilisé dans la confection d’acier.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait à 6.054 dollars vendredi à 14H20 GMT, contre 6.173 dollars le vendredi précédent à 10H40 GMT.

L’aluminium valait 1.834,50 dollars la tonne, contre 1.801 dollars.

Le plomb valait 1.825 dollars la tonne, contre 1.832 dollars.

L’étain valait 19.450 dollars la tonne, contre 19.335 dollars.

Le nickel valait 12.030 dollars la tonne, contre 11.980 dollars.

Le zinc valait 2.608 dollars la tonne, contre 2.629 dollars.

A lire aussi...