Les consommateurs suisses demeurent optimistes, mais prudents

AWP

1 minutes de lecture

En juillet, l’indice du climat à la consommation s’est fixé à -8,0 points, contre -9,3 points lors du précédent relevé en avril.

L’optimisme prévaut toujours chez les consommateurs suisses, qui nourrissent toutefois quelques inquiétudes au sujet de leur situation financière. En juillet, l’indice du climat à la consommation s’est fixé à -8,0 points, contre -9,3 points lors du précédent relevé en avril.

L’indicateur se situe légèrement en dessous de sa moyenne pluriannuelle de -5 points, indique lundi le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco), qui parle d’»optimisme modéré» des consommateurs helvétiques.

La stagnation de la confiance des ménages suisses trouve son origine dans les préoccupations budgétaires. Les sous-indices relatifs à la situation financière passée (-13 points) et future (-8) présentent des valeurs nettement inférieures à leur moyenne pluriannuelle, précise le communiqué.

La propension des consommateurs helvétiques à effectuer d’importants achats (-11 points) se situe également sous son niveau moyen de -6 points. Le Seco perçoit une évolution «timide» des dépenses de consommation privée.

En revanche, le développement de l’économie en général inspire de l’optimisme aux personnes interrogées. Le sous-indice correspondant s’est fixé à 0 point, dépassant sensiblement sa moyenne pluriannuelle de -9 points. Cette différence reste à relativiser, puisque le niveau de cet indicateur s’avère nettement inférieur à celui de 2017, avertit le Seco.

Les sondés émettent quelques craintes au sujet de l’évolution du chômage, mais restent malgré tout confiants vis-à-vis du marché du travail et de la sécurité de l’emploi. Avec 39 points, le sous-indice afférent demeure cependant assez loin de sa moyenne de 48 points.

En termes de prix, les attentes des consommateurs ont été revues à la baisse (sous-indice à 47 points contre 52 précédemment), en raison «vraisemblablement» du repli des cours du pétrole. Ceci laisse présager un recul de l’inflation, commente le Seco.