Le dollar monte face à la devise néo-zélandaise, recule face au franc et au yen

AWP

1 minutes de lecture

La chute du dollar néo-zélandais face au billet vert a pesé sur la devise australienne, tombée à son plus bas en dix ans face au billet vert.

La devise américaine montait mercredi face au dollar néo-zélandais, après l’annonce surprise d’une baisse des taux d’intérêt par la Nouvelle-Zélande, mais perdait du terrain face au yen et au franc suisse, considérés comme des valeurs refuge.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), le dollar néo-zélandais perdait 0,90% face au billet vert, à 64,66 cents américains. Vers 03H15 GMT, il était tombé à 63,78 cents, un niveau plus vu depuis début 2016.

Le dollar cédait en revanche 0,47% face au yen, à 105,97 yens, et 0,35% face au franc suisse à 97,30 centimes suisses.

De son côté, l’euro gagnait 0,19% face au billet vert, à 1,1220 dollar.

Contre toute attente, la banque centrale néo-zélandaise a, comme ses homologues indienne et thaïlandaise, abaissé mercredi ses taux au jour le jour. Ces décisions simultanées font craindre un ralentissement plus marqué qu’anticipé de la croissance mondiale.

La Banque centrale de Nouvelle-Zélande a ainsi réduit son taux principal à 1%. Il avait été déjà ramené à 1,5% en mai, marquant la première baisse depuis novembre 2016. L’Inde et la Thaïlande ont procédé à des réductions respectives de 35 points de base, à 5,4%, et de 25 points de base, à 1,5%.

Une baisse des taux d’intérêt rend la devise concernée moins rémunératrice et donc moins attractive pour les cambistes.

«Le fait que le gouverneur de la banque centrale néo-zélandaise ait reconnu que les taux pourraient tomber en dessous de zéro a jeté de l’huile sur le feu. Cela suggère de futures baisses afin de préserver une économie dont les perspectives sont alignées de près avec celles de la Chine, la deuxième économie mondiale», a commenté Joe Manimbo de Western Union.

La chute du dollar néo-zélandais face au billet vert a pesé sur la devise australienne, tombée à son plus bas en dix ans face au billet vert, alors que certains analystes anticipent une prochaine baisse des taux de la Banque centrale d’Australie.

Les décisions monétaires de la Nouvelle-Zélande, de l’Inde et de la Thaïlande surviennent dans un contexte de conflit commercial persistant entre les Etats-Unis et la Chine et quelques jours après la première baisse des taux d’intérêt de la Banque centrale américaine (Fed) en onze ans.

Le président américain Donald Trump, qui met la pression depuis plusieurs mois sur la Fed, a réitéré mercredi dans une longue série de tweets ses diatribes contre l’institution, exigeant qu’elle réduise les taux «plus vite et plus fort».

Mais James Bullard, l’un des hauts responsables de l’institution bancaire, a jugé mardi que les taux d’intérêt se situaient «dans la bonne fourchette».

Considérés comme des valeurs refuge, le yen et le franc suisse profitaient du climat d’incertitude économique et politique pour se renforcer.

L’or, qui a tendance à s’apprécier en période de tensions commerciales ou géopolitiques, progressait également: l’once a dépassé le seuil symbolique des 1.500 dollars pour la première fois depuis avril 2013.