L’euro chute sous 1,14 dollar, lesté par le déficit italien et la Fed

AWP

1 minutes de lecture

La monnaie européenne valait 1,1362 dollar vers 21h, contre 1,1426 mercredi soir.

L’euro perdait du terrain jeudi face au dollar, affaibli par l’anticipation d’une aggravation du déficit italien et la perspective d’une hausse des taux de la banque centrale américaine (Fed) en décembre malgré un statu quo jeudi.

Vers 20H00 GMT (21H00 HEC), la monnaie européenne valait 1,1362 dollar, contre 1,1426 mercredi vers 22H00 GMT.

La Commission européenne a estimé jeudi que le déficit de l’Italie atteindra 2,9% de sa richesse nationale (PIB) l’an prochain, puis 3,1% l’année suivante, soit bien au-delà des prévisions de Rome à 2,4% et 2,1%.

«L’Union européenne et l’Italie poursuivent leur bataille sur le budget», ont réagi les analystes de Wells Fargo.

Le Fonds monétaire international (FMI), a pour sa part dit craindre une «contagion» des turbulences touchant l’Italie aux pays européens présentant des «fondamentaux macroéconomiques plus fragiles».

Une mauvaise nouvelle pour l’Europe à l’heure où Bruxelles a également revu à la baisse sa prévision de croissance des 19 pays de la zone euro pour l’an prochain.

Cette révision «vient rappeler que les hausses de taux d’intérêt de la Banque centrale européenne (BCE) sont loin d’être à l’ordre du jour, une divergence par rapport à la Fed qui monte ses taux tous les trimestres», a signalé Joe Manimbo, de Western Union.

Les hausses de taux rendent plus attractives les monnaies des Etats qui les imposent car elles rémunèrent davantage les investisseurs qui en acquièrent.

Le dollar a profité du mouvement de repli de la monnaie européenne alors que la banque centrale américaine (Fed) a, sans surprise, maintenu un statu quo sur ses taux lors d’une réunion achevée jeudi.

A la publication du communiqué de l’institution, jeudi à 19H00 GMT, «nous avons observé un petit mouvement de recul du dollar car les marchés s’attendaient à des commentaires de la Fed un peu plus piquants sur le niveau de l’inflation ou la croissance», a indiqué David Gilmore, de Foreign Exchange Analytics.

Mais le billet vert a rapidement accéléré ses gains ensuite, porté par la perspective d’une quatrième hausse de taux de l’année en décembre, l’institution ayant affirmé prévoir «d’autres hausses graduelles».

Le rendez-vous de la Fed est intervenu au surlendemain des élections américaines de mi-mandat, où les démocrates se sont emparés de la Chambre des représentants tandis que les républicains ont renforcé leur majorité au Sénat.

Cette configuration interroge quant à la possibilité qu’aura le président, Donald Trump, de poursuivre des réformes pro-croissance, notamment en matière fiscale. Et donc pose la question des potentielles futures hausses de taux de la banque centrale pour endiguer ou non une surchauffe de l’économie.

Vers 20H00 GMT, l’euro baissait face à la devise japonaise, à 129,45 yens pour un euro, contre 129,72 yens mercredi à 22H00 GMT.

Le dollar progressait face au yen, à 113,94 yens pour un dollar jeudi, contre 113,52 mercredi soir.

Le franc suisse avançait par rapport à l’euro à 1,1435 franc suisse jeudi pour un euro, contre 1,1454 mercredi soir, et reculait face au dollar à 1,0065 franc suisse, contre 1,0023 la veille.

L’once d’or valait 1.223,65 dollars, contre 1.226,54 dollars mercredi à 22H00 GMT.

La monnaie chinoise a terminé à 6,9345 yuans pour un dollar jeudi à 15H30 GMT, contre 6,9200 yuans mercredi.

Enfin, le bitcoin s’échangeait pour 6’414,13 dollars, contre 6’501,65 dollars mercredi, selon des chiffres compilés par Bloomberg.