La livre recule après le rejet de l’accord sur le Brexit

AWP

2 minutes de lecture

La devise britannique perdait plus de 1% face à l’euro et s’échangeait à 86,41 pence pour un euro vers 22h, contre 85,50 pence la veille à la clôture.

La livre sterling, après un léger sursaut juste après l’échec au Parlement britannique de l’accord de Brexit négocié entre Londres et Bruxelles, reculait de nouveau en fin de séance mardi face à l’euro et au dollar.

Malgré les ultimes modifications obtenues la veille par la Première ministre, Theresa May, les députés de la Chambre des Communes ont rejeté le texte par 391 voix contre 242, plongeant le Royaume-Uni dans l’incertitude à 17 jours de la date prévue du divorce.

Les acteurs du marché des changes, qui scrutaient ce vote, «ont pu être rassérénés temporairement par le fait que l’écart entre les opposants et les partisans de l’accord s’est réduit par rapport à un précédent vote en janvier», a estimé Brendan McKennan, analyste de Wells Fargo.

«Cela signifie peut-être qu’on se rapproche un peu plus d’un compromis ou, en tout cas, que cela laisse un peu plus d’options sur la table», a-t-il ajouté.

«Mais au final, ce vote signifie également qu’on reste dans l’incertitude. Si on a un prolongement des négociations pendant encore trois ou six mois, cela va un peu plus peser sur l’économie britannique et la livre sterling», a estimé M. McKenna.

Vers 21H00 GMT, la devise perdait plus de 1% face à l’euro et s’échangeait à 86,41 pence pour un euro, contre 85,50 pence la veille à la clôture. Elle reculait d’environ 0,7% face au dollar, le billet vert valant 1,3062 dollar contre 1,3150 dollar lundi soir.

Au début de la séance asiatique, la devise avait pourtant atteint 84,76 pence pour un euro, son plus haut niveau depuis mai 2017, et 1,3289 dollar, son plus haut niveau depuis trois semaines, avant de dégringoler vers 11H00 GMT.

Le conseiller général du gouvernement britannique avait alors jugé que le «risque juridique» du backstop restait «inchangé», ouvrant la voie à un probable rejet de l’accord sur le Brexit au Parlement dans la soirée.

«C’était l’avis qui comptait le plus», et «il est clair que le récent accord ne fera pas le poids», a jugé Naeem Aslam, analyste pour Think Markets.

Dans la nuit, la devise britannique avait bondi alors que Theresa May avait annoncé avoir obtenu des garanties de dernière minute concernant le filet de sécurité nord-irlandais (le «backstop»).

Le dollar, de son côté, a légèrement pâti des chiffres sur l’inflation américaine, qui a marqué le pas en février en ne progressant que de 1,5% sur un an, la plus faible hausse des prix depuis septembre 2016.

Cette progression modeste des prix à la consommation laisse à la Banque centrale américaine plus de marge de manoeuvre avant de devoir poursuivre la remontée des taux d’intérêt.

Vers 21H00 GMT, l’euro grimpait face au dollar et s’échangeait à 1,1287 dollar, contre 1,1245 la veille à 21H00 GMT.

Le billet vert montait un peu face au yen, à 111,32 yens pour un dollar contre 111,21 yens lundi.

L’euro progressait également face à la devise nippone, à 125,65 yens pour un euro contre 125,05 yens lundi.

La devise suisse baissait un peu face à l’euro, à 1,1374 franc suisse pour un euro contre 1,1364 lundi soir, et montait face au dollar (1,0078 franc suisse pour un dollar au lieu de 1,0106 lundi).

La monnaie chinoise a terminé à 6,7085 yuans pour un dollar, contre 6,7265 yuans pour un dollar vers 15H30 GMT lundi.

L’once d’or valait 1.301,38 dollars, contre 1.293,43 lundi.

Enfin, le bitcoin se monnayait à 3.864,70 dollars, contre 3.847,91 lundi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.