La livre britannique souffre

AWP

1 minutes de lecture

En plein débat sur le report du Brexit, la livre britannique descend à 1,3161 dollar vers 14h15 contre 1,3223 dollar mardi soir.

La livre sterling reculait nettement face à l’euro et au dollar mercredi, pénalisée par les tensions autour de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, dont Theresa May a demandé le report.

La devise britannique a baissé après que la Première ministre a annoncé avoir demandé un report du Brexit du 29 mars au 30 juin, puis a creusé ses pertes après qu’un document interne de la Commission européenne a pointé les «graves risques juridiques et politiques» d’un tel report.

Vers 13H15 GMT (14H15 à Paris), la livre britannique valait 1,3161 dollar contre 1,3223 dollar mardi à 21H00 GMT, et s’échangeait à 86,27 pence pour un euro, contre 85,56 pence la veille. Quelques minutes auparavant, la baisse de la livre a presque atteint les 1% face aux deux devises, avant de se reprendre légèrement.

«J’ai écrit ce matin au président du Conseil européen Donald Tusk pour l’informer que le Royaume-Uni souhaitait une extension de l’Article 50 (du Traité de Lisbonne qui régit la sortie d’un pays de l’UE, ndlr) jusqu’au 30 juin», a déclaré à la mi-journée Theresa May devant les députés britanniques.

Longtemps opposée à une telle proposition, la dirigeante en a fait porter la responsabilité à la Chambre des Communes «qui a rejeté l’accord pour la deuxième fois le 12 mars» et sur le président de la Chambre, John Bercow, qui a refusé la tenue d’un nouveau vote sur le même texte cette semaine.

«Je ne veux pas d’un long report», a-t-elle également affirmé, soulignant qu’il entraînerait une participation «inacceptable» aux élections européennes fin mai.

Mais quelques minutes après, un document interne de la Commission européenne, consulté par l’AFP, a jugé qu’un report du Brexit jusqu’au 30 juin entraînerait «de graves risques juridiques et politiques», ce qui a un peu plus enfoncé la livre sterling.

Dans cette note présentée aux commissaires mercredi matin, l’exécutif européen plaide pour un report soit jusqu’au 23 mai, avant les élections européennes, soit jusqu’au moins fin 2019.