La Fed examine de près les effets du regain de tensions commerciales

AWP

1 minutes de lecture

«Comme toujours, nous agirons de manière à soutenir l’expansion» économique, a déclaré Jerome Powell.

La Banque centrale américaine surveille «de près» les effets sur l’économie de la guerre commerciale qui a récemment gagné en intensité, Donald Trump ayant augmenté la pression sur la Chine mais aussi sur le Mexique.

«Nous surveillons de près l’impact que peuvent avoir les développements (dans ce domaine) sur les perspectives de croissance de l’économie américaine et, comme toujours, nous agirons de manière à soutenir l’expansion», a déclaré Jerome Powell, le président de la Fed dans un discours prononcé à Chicago.

C’est le premier commentaire du patron de la Réserve fédérale américaine depuis que Donald Trump a annoncé qu’il allait imposer des tarifs douaniers de 5% à partir du 10 juin sur toutes les importations venues du Mexique.

Cette annonce suscite de vives craintes pour la croissance américaine tant les économies des deux pays sont intégrées depuis l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange Aléna en 1994.

La Maison Blanche exige que le Mexique arrête chez lui la vague d’immigrants d’Amérique centrale qui vient demander l’asile aux Etats-Unis à la frontière entre les deux pays. M. Trump a menacé d’augmenter progressivement les tarifs douaniers punitifs jusqu’à 25% au 1er octobre si Mexico n’obtempérait pas.

A Londres, où il est en visite d’Etat, M. Trump a martelé une nouvelle fois mardi que le Mexique doit mettre fin à «l’invasion».

Les craintes que suscitent ces mesures de rétorsion pour l’économie américaine sont assez fortes pour que des élus républicains tentent de bloquer la mesure annoncée la semaine dernière, au risque de provoquer la colère de Donald Trump.

Ils seraient «idiots» de tenter de l’arrêter, a menacé le président.

La Maison Blanche a ouvert ce nouveau front alors que les négociations avec la Chine semblent de leurs côtés dans l’impasse.

Estimant que les Chinois revenaient sur leurs promesses faites pendant les négociations, Donald Trump a porté à 25% les tarifs douaniers appliqués à des importations chinoises à hauteur de 200 milliards de dollars.

Washington a de plus mis au ban le géant de la télécommunication chinois Huawei, soupçonné de collaborer avec le régime à des fins de renseignement.

M. Powell a en outre souligné les inquiétudes de l’institution face à la faiblesse de l’inflation.

«Mes collègues du FOMC (le Comité monétaire qui fixe les taux, ndlr) et moi devons (prendre), et prenons très au sérieux le risque qu’une inflation persistante trop basse même dans un contexte économique robuste ne précipite les attentes d’évolution des prix dans une spirale descendante difficile à arrêter», a souligné M. Powell.

L’évolution des prix est inférieure depuis des mois à l’objectif de 2% que la Fed considère comme favorable à la croissance économique. Les banquiers centraux ont du mal à expliquer ce phénomène alors que les Etats-Unis connaissent le plein emploi, que la croissance en rythme annuel était encore de 3,1% au premier trimestre et que les taux d’intérêt restent à des niveaux modestes.