La croissance chute encore au fil des trimestres

Communiqué, Institut CREA

6 minutes de lecture

L'indice conjoncturel CREA pour la Suisse perd 0,2 point au troisième trimestre et ensuite encore 0,4 point au quatrième trimestre.

Par rapport au deuxième trimestre, sur lequel se fondent les présents indices, le baromètre conjoncturel CREA pour la Suisse perd 0,2 point au troisième trimestre et ensuite encore 0,4 point au quatrième trimestre. L'indice évolue toujours dans la zone avec une croissance supérieure à l'équilibre au troisième trimestre, mais au quatrième il rejoint la valeur 100, synonyme de frontière entre forte et faible croissance et d'écart de production nul par rapport à l'équilibre. L'indice suisse est également dépassé par la valeur romande, avec l'écart le plus élevé depuis fin 2015.

Selon les récentes estimations du SECO, la croissance helvétique s'établit à seulement 0,6% en moyenne pour les deux premiers trimestres de 2019 (en annualisé), la croissance trimestrielle passant de 1% au premier trimestre à 0,2% au deuxième. Ce ralentissement est provoqué en grande partie par les investissements, qui reflètent en grande partie les attentes des entreprises. Or, les principaux indicateurs industriels du KOF pour la Suisse montrent des signes de faiblesse. C'est en particulier l'indice des entrées de commandes qui fait l'objet d'inquiétudes. Après neuf trimestres dans le vert, il est devenu négatif au deuxième trimestre et cette tendance s'est poursuivie en août. En conséquence, l'indice des perspectives d'achat de biens intermédiaires est devenu rouge aussi, indiquant que les attentes pour les activités productives ne sont plus au beau fixe pour les mois à venir. L'indice PMI des directeurs d'achat évolue, lui aussi, sous le seuil de croissance, synonyme de repli de la conjoncture dans les mois à venir. En revanche, selon le sondage pour le troisième trimestre de Switzerland Global Enterprise, les PME exportatrices sont redevenues un peu plus optimistes.

Contrairement à l'indice suisse, l'indice conjoncturel CREA pour la Romandie augmente de 0,4 point au troisième trimestre 2019, son écart de production par rapport à l'équilibre atteignant +0,7%. Il fléchit ensuite marginalement et perd 0,1 point au quatrième trimestre pour s'établir à 6. Il dépasse la valeur suisse au cours des deux derniers trimestres. Au troisième trimestre, l'indice est poussé vers le haut par tous les indices pris en compte ici, excepté par celui pour Fribourg, qui tombe sous la valeur d'équilibre. L'indice genevois freine un peu également avec sa valeur de 100,3. Au quatrième trimestre, ce sont les indices valaisan et dans une moindre neuchâtelois qui empêchent une hausse plus forte de l'indice romand. Par rapport dernier trimestre observé (le deuxième), les indices genevois, vaudois, fribourgeois et jurassien se renforcent, alors que les indices valaisan et neuchâtelois perdent du terrain. L'évolution l'industrie est contrastée d'un canton à l'autre.

La conjoncture en Suisse

Après une valeur inchangée au cours des deux premiers trimestres, le baromètre conjoncturel CREA pour la Suisse perd du terrain, d'abord avec 0,2 point au troisième trimestre, ensuite avec 0,4 point au quatrième, qui le fait rejoindre la valeur d'équilibre qui sépare forte et faible croissance. L'indice suisse est dépassé de 0,6 point par la valeur romande, ce qui constitue l'écart le plus élevé depuis fin 2015.

Les principaux indicateurs industriels du KOF pour la Suisse montrent des signes de faiblesse. Si la marche des affaires reste positive, elle recule néanmoins depuis la fin de 2018 et atteint au cours de ces mois d'été la valeur la moins élevée depuis l'été 2017. Ce sont en particulier les indices concernant les entrées et les carnets de commandes qui sont actuellement un sujet d'inquiétude. Après neuf trimestres dans le vert, l'indice des entrées de commandes est devenu négatif au deuxième trimestre et la tendance s'est poursuivie en août. L'appréciation sur les carnets de commandes s'est également nettement dégradée et en conséquence l'indice des perspectives d'achat de biens intermédiaires est devenu rouge aussi, indiquant que les attentes pour les activités productives ne sont plus au beau fixe pour les mois à venir.

Les exportations suisses ont augmenté de 4,8% au cours des sept premiers mois de l'année, poussées par les produits des industries chimiques et pharmaceutiques (10,3%). Selon le sondage pour le troisième trimestre de Switzerland Global Enterprise, le baromètre des exportations se maintient dans la zone de croissance mais recule et se rapproche du seuil séparant hausse et baisse des exportations. L'image dégagée par les PME est cependant différente. Les PME exportatrices sont redevenues plus optimistes et elles sont même un peu plus nombreuses que lors du sondage précédent à attendre une hausse de leurs ventes à l'étranger. Comme au trimestre précédent, c'est le secteur des machines qui souffre le plus du ralentissement conjoncturel dans les pays voisins. Les exportations de produits de l'industrie MEM ont en effet baissé au cours des sept premiers mois et les indications de Swissmem annonçant une baisse de 22% des entrées de commandes de l'étranger au deuxième trimestre ne sont pas rassurantes pour ce secteur. Depuis mai 2019, l'indice Swiss PMI des directeurs d'achat évolue sous le seuil de croissance de 50 points, synonyme de repli de la conjoncture dans les mois à venir, d'autant plus que tous les sous-indices se trouvent également sous le seuil de croissance, qu'il s'agisse de la production, des carnets de commandes ou encore du stock de produits finis.

Dans le secteur principal de la construction, les signaux sont toutefois au vert, même si l'on note des divergences selon les secteurs. L'activité et l'entrée des commandes ont augmenté au deuxième trimestre. La hausse des réserves de travail laisse prévoir une poursuite des activités de construction dans les mois à venir, d'autant plus que les projets de construction sont en hausse également pour les mois à venir. Selon le dernier sondage de la SSE, les entreprises de construction restent dans l'ensemble optimistes pour les mois à venir.

Quant au marché du travail, les sondages donnent des images contrastées. La prévision nette de l'emploi de Manpower se maintient au niveau du sondage précédent et indique qu'environ 90% des sondés n'envisagent pas de changement et 5% prévoient même une hausse. Mais le sous-indice de l'emploi du Swiss PMI est tombé sous le seuil de croissance, plutôt synonyme de réduction d'effectifs dans l'industrie, d'autant plus que le taux d'utilisation des capacités de production est en baisse. L'indicateur des prévisions d'emploi de l'OFS est également en légère baisse pour le secondaire, mais en hausse pour le tertiaire.

Les développements ci-dessus expliquent pourquoi notre indicateur pour la Suisse évoluera toujours dans la zone de croissance élevée, mais se repliera en fin d'année.

La conjoncture en Suisse romande

L'indice conjoncturel CREA pour la Suisse romande augmente de 0,4 point au troisième trimestre 2019, son écart de production par rapport à l'équilibre atteignant +0,7%. Il fléchit marginalement par la suite et perd 0,1 point au quatrième trimestre pour s'établir à 100,6, donc avec un écart de production toujours positif de 0,6%. Après avoir évolué sous la valeur suisse au cours des deux premiers trimestres, il la dépasse au cours des deux derniers trimestres, l'écart se montant à 0,6 point au quatrième trimestre, ce qui est l'écart le plus élevé depuis le quatrième trimestre 2015. Au troisième trimestre, l'indice est poussé vers le haut par tous les indices pris en compte ici, excepté par celui pour Fribourg, qui tombe sous la valeur d'équilibre. Au quatrième trimestre, ce sont les indices valaisan et dans une moindre mesure neuchâtelois qui empêchent une hausse plus forte de l'indice romand. Par rapport au dernier trimestre observé (le deuxième), les indices genevois, vaudois, fribourgeois et jurassien se renforcent, alors que les indices valaisan et neuchâtelois perdent du terrain.

L'évolution dans l'industrie est contrastée d'un canton à l'autre. Pour Vaud et Neuchâtel l'indice de la marche des affaires du KOF reste positif, mais il est négatif pour Genève, Valais et Fribourg. En revanche, il faut relever que pour tous les cantons, excepté Fribourg, la tendance est à la baisse. Quant aux entrées de commandes, la situation s'est améliorée au deuxième trimestre pour Genève, Valais et Fribourg. En revanche elle s'est fortement dégradée pour Neuchâtel, un peu moins pour Vaud. Excepté pour Genève et Vaud, les carnets de commandes se sont également dégarnis et il s'ensuit que les perspectives d'achat de biens intermédiaires entrant dans les processus de production sont en recul, ce qui laisse quand même entrevoir un ralentissement de la production vers la fin de l'année.

Le secteur de la construction pour l'ensemble de la Romandie se porte toujours bien et bénéficie de perspectives réjouissantes pour les mois à venir, l'entrée des commandes ayant augmenté de 13% au deuxième trimestre, les réserves de travail de presque 50% et les projets de construction pour les mois à venir de 45%.

Les exportations romandes se portent un peu moins bien, car elles ont reculé de 2,7% au deuxième trimestre, mais ont pu se redresser en juillet de 13,6%. Parmi les poids lourds, notons la hausse de 3,6% des exportations de la branche de l'horlogerie et instruments de précision (55% des exportations totales) au cours des sept premiers mois. Les exportations de produits chimiques et pharmaceutiques (25% du total) n'ont progressé que de 1% et, sans surprise, la branche des produits de l'industrie MEM a vu ses exportations reculer de 4,5%, cette branche souffrant le plus du ralentissement conjoncturel international.

GENEVE

Après être tombé dans la zone à croissance faible au deuxième trimestre, l'indice conjoncturel CREA pour le canton de Genève remonte dans la zone à croissance forte au troisième trimestre et continue sons ascension jusqu'au quatrième trimestre. C'est l'indice qui gagne le plus de terrain et son écart de production par rapport à l'équilibre se monte à +0,6% au quatrième trimestre. Il dépasse la valeur suisse de 0,4 point. C'est essentiellement grâce au secteur industriel que l'indice genevois se redresse.

VAUD

L'indice CREA pour le canton de Vaud fait une montée marquée au troisième trimestre, il gagne 1 point et atteint la valeur la plus élevée depuis plusieurs années. Il perd ensuite un peu de terrain au quatrième trimestre. Malgré cela, la valeur au quatrième trimestre est synonyme d'écart de production de +1,1%. L'indice est supérieur à tous les autres dans notre échantillon et il dépasse la valeur suisse de 1,1 point, ce qui constitue l'écart les plus important depuis 2002. Comme lors de notre édition précédente, ce sont en particulier le secteur de la construction, de l'hôtellerie et de l'industrie en général qui poussent l'indice vers le haut au troisième trimestre, mais quelques signes de ralentissement apparaissent pour le quatrième trimestre.

FRIBOURG

Après un passage dans la zone à faible croissance au troisième trimestre, avec un écart de production négatif de tout de même 0,7%, l'indice CREA pour le canton de Fribourg se redresse au quatrième et repasse dans la zone à croissance supérieure à l'équilibre. Il atteint même la valeur la plus élevée depuis le quatrième trimestre 2018 et il dépasse l'indice suisse de 0,4 point.

NEUCHATEL

L'indice conjoncturel CREA pour le canton de Neuchâtel se maintient encore à un niveau élevé au troisième trimestre, mais subit un contrecoup marqué au quatrième trimestre, en perdant 1,1 point et en s'accrochant encore tout juste à la valeur 100, séparant forte et faible croissance. Son écart de production passe de +1,6% en début d'année à 0% en fin d'année. C'est l'indice qui perd le plus de terrain entre les deuxième et quatrième trimestres et il se retrouve au niveau de la valeur suisse, alors qu'il l'a nettement dépassée au cours des trimestres précédents.

VALAIS

Après un résultat stable au troisième trimestre, l'indice CREA pour le canton du Valais subit un net contrecoup au quatrième trimestre. Il perd 1,1 point par rapport au dernier trimestre observé et chute dans la zone de croissance inférieure à l'équilibre avec un écart de production négatif. C'est le seul indice se retrouvant non seulement sous la valeur d'équilibre, mais également sous la valeur suisse, avec -0,3 point.

JURA

L'indice CREA pour le canton du Jura se maintient à des niveaux élevés jusqu'au quatrième trimestre. Il gagne 0,2 point par rapport au dernier trimestre observé, à savoir le deuxième. Bien qu'il évolue depuis dix trimestres dans la zone à croissance élevée, c'est néanmoins sur une tendance baissière qui s'observe depuis le troisième trimestre 2018. Même si l'écart de production atteint encore +0,9% au quatrième trimestre, ceci est inférieur à la valeur la plus élevée enregistrée au cours ces dix derniers trimestres. C'est un des indices, avec celui pour Vaud, qui présente l'écart le plus élevé par rapport à la valeur suisse et, comme au trimestre précédent, il n'est dépassé que par l'indice vaudois.