L’or au plus haut depuis six ans

AWP

2 minutes de lecture

La prudence des banques centrales et les tensions géopolitiques hissent le cours de l’once à plus de 1’400 dollars.

L’or s’est envolé à des niveaux plus vus depuis six ans cette semaine, dopé par la prudence affichée par les banques centrales et par les tensions géopolitiques.

L’argent et le palladium ont aussi progressé tandis que le platine est resté stable.

Le métal jaune s’est envolé jeudi, puis vendredi, atteignant 1’412,08 dollars l’once, un record depuis septembre 2013, avant d’effacer une partie de ses gains.

«Les spéculations du marché concernant une baisse des taux d’intérêt américains, la faiblesse du dollar et les tensions géopolitiques au Moyen-Orient ont stimulé l’or cette semaine», a résumé Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

«Avec une poignée de grandes banques centrales qui signale de potentielles baisses de taux dans le futur proche, l’or ne peut que briller», a-t-il poursuivi.

Mardi, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a souligné lors du séminaire annuel de l’institution, à Sintra au Portugal, que celle-ci pourrait procéder à de «nouvelles baisses» de ses taux d’intérêt, parmi d’autres mesures pour stimuler l’économie.

Mercredi, la Réserve fédérale américaine a envoyé à son tour un message de prudence aux marchés à l’issue de sa réunion de politique monétaire, le patron de la Fed Jerome Powell évoquant des arguments en faveur d’une politique monétaire «un peu plus accommodante», a-t-il jugé, ce qui a fait baisser le dollar.

Alors que de nombreuses matières premières, comme l’or, sont libellées en billet vert, une baisse de celui-ci les rend moins onéreuses pour les acheteurs utilisant d’autres devises. Ce qui stimule la demande et fait grimper les prix.

De plus, l’or est considéré comme une valeur refuge qui a tendance à s’apprécier en période d’incertitudes politiques ou économiques.

«De nouvelles tensions commerciales ont commencé à affecter le climat des affaires et cela va avoir des conséquences négatives sur les revenus des entreprises», ont souligné Daniel Hynes et Soni Kumari, analystes pour ANZ.

«Un tel contexte peut raviver la volatilité des marchés actions, et la faible corrélation de l’or avec ceux-ci font du métal jaune un parfait moyen de diversifier les risques», ont-ils ajouté.

Au-delà de la guerre commerciale, l’escalade des tensions entre les Etats-Unis et l’Iran, après que ce dernier a abattu un drone américain jeudi, fait craindre un conflit ouvert au Moyen-Orient.

Pour plusieurs analystes, le principal événement à l’agenda qui pourrait faire bouger le métal jaune sera la rencontre entre le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping au G20, les 28 et 29 juin.

Si la rencontre se conclut sans aucune avancée, cela pourrait donner un nouveau coup de fouet à l’or, ont jugé plusieurs analystes.

A l’instar de l’or, l’argent a bondi en fin de semaine, atteignant vendredi 15,57 dollars l’once, un plus haut depuis presque trois mois.

Cette hausse «est due principalement à la faiblesse du dollar» et à l’aversion au risque, a expliqué M. Otunuga.

Le palladium monte toujours

Du côté des platinoïdes, le platine est resté stable tandis que le palladium a poursuivi sur sa lancée.

Celui-ci a ainsi atteint jeudi 1’533,44 dollars l’once, un plus haut depuis fin mars et le soudain effondrement du précieux métal après plusieurs mois de hausse continue et de records historiques.

Le palladium n’est «toujours pas impressionné par les possibles droits de douane américains sur les automobiles», a commenté Daniel Briesemann, analyste pour Commerzbank.

Selon lui, la réaction de Donald Trump au discours accommodant de M. Draghi, qu’il a jugé «injuste pour concurrencer les Etats-Unis», accroit la probabilité que la menace de taxes sur les véhicules européens se concrétise à l’automne.

Alors que la production automobile constitue la majorité de la demande de palladium, la hausse du métal dans ce contexte est paradoxale, a relevé M. Briesemann.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1’389,16 dollars vendredi vers 10H25 GMT, contre 1’353,20 dollars le vendredi précédent à 12H45 GMT.

L’once d’argent valait 15,28 dollars, contre 15,10 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine s’échangeait à 806,93 dollars, contre 811,12 dollars sept jours plus tôt.

L’once de palladium valait pour sa part 1’490,81 dollars, contre 1.458,31 dollars à la fin de la semaine précédente.