L’or continue de plonger, pénalisé par le renforcement du dollar

AWP

1 minutes de lecture

L’once d’or est tombée à 1’245,69 dollars jeudi, son plus bas niveau depuis décembre. Légère reprise en fin de semaine.

Après une semaine dernière éprouvante pour l’or, le métal précieux a continué sa baisse, plombé par un dollar fort et sans bénéficier des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Jeudi, l’once d’or est tombée à 1’245,69 dollars, son plus bas niveau depuis décembre.

«L’aversion au risque reste monnaie courante au milieu de la confusion et de l’incertitude, mais les investisseurs semblent éviter l’or», a fait observer Lukman Otunuga, analyste pour FXTM.

En général, l’or a tendance à s’apprécier en cas de turbulences politiques ou économiques, du fait de son statut de valeur refuge.

«Les prix de l’or se sont écroulés à cause de la hausse du dollar, tandis que les taux d’intérêt réels américains augmentent et que la demande chinoise d’or pourrait être impactée par les tensions commerciales croissantes», du fait de la baisse du yuan, a expliqué de son côté Robindranath Bhar, analyste pour Société Générale.

Les analystes s’attendent de plus en plus à un resserrement monétaire de la part de la Réserve fédérale américaine alors que les indicateurs américains font état d’une conjoncture économique favorable.

Les métaux précieux étant libellés en dollars, un renforcement du billet vert pénalise les investisseurs utilisant d’autres devises.

Comme la semaine précédente, les tensions commerciales entre Washington et Pékin ont concentré l’attention des marchés une partie de la semaine, même si la situation semble s’être quelque peu apaisée jeudi et vendredi.

Le conflit a fortement pesé sur la monnaie chinoise. Depuis le début du mois, le yuan a dévissé d’environ 3,40%, sa plus forte baisse mensuelle depuis 1994 et il est tombé vendredi à 6,6425 yuans pour un dollar, son plus bas niveau depuis novembre.

L’argent, comme l’or, a décliné sur la semaine, touchant même jeudi un plus bas depuis décembre, à 15,92 dollars l’once.

Pour les analystes d’UniCredit, le précieux métal devrait néanmoins être soutenu par des données encourageantes.

«En Chine, la production de cellules photovoltaïques a progressé de 13,7% entre janvier et mai, et les importations d’argent en Inde ont progressé de 30% pour la même période, par rapport à l’année précédente», ont-ils relevé.

En 2017, la production de panneaux solaires représentait 15,7% de la demande d’argent à des fins industrielles et 9,2% de la demande totale, selon l’Institut de l’argent. Ce chiffre est en augmentation constante depuis plusieurs années.

De son côté, le platine a clos la semaine en baisse, avec un plus bas depuis janvier 2016 atteint vendredi à 842,34 dollars l’once, tandis que le palladium est resté stable, même s’il a touché mardi un plus bas depuis avril à 931,35 dollars.

Pour ce dernier, «la hausse des ventes de véhicules est un facteur clé. En Chine, par exemple, les ventes de véhicules particuliers ont bondi en mai de 9,6% sur un an», ont expliqué les analystes d’UniCredit.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.251,06 dollars vendredi vers 14H40 GMT, contre 1.269,45 dollars le vendredi précédent vers 15H20 GMT.

L’once d’argent valait 16,10 dollars, contre 16,41 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine s’échangeait à 852,41 dollars, contre 872,85 dollars sept jours plus tôt.

L’once de palladium valait pour sa part 954,79 dollars, contre 955,73 dollars à la fin de la semaine précédente.