Le dollar aidé par des indicateurs américains encourageants

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro perdait 0,14% face au billet vert à 1,1134 dollar.

Le dollar montait jeudi face à l’euro et au yen, soutenu par des indicateurs de bonne tenue sur l’économie américaine.

Vers 22H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro perdait 0,14% face au billet vert à 1,1134 dollar.

La monnaie américaine s’appréciait de 0,22% face à la devise japonaise, à 110,14 yens, son plus haut niveau en huit mois.

Le dollar index, qui mesure la valeur du billet vert face à un panier composé des principales devises, gagnait 0,14%.

Cette hausse est liée à la publication des données sur les ventes au détail, qui, malgré une faible progression des salaires en décembre, ont progressé de 0,3% sur la même période, estime Kathy Lien de BK Asset Management.

«Après des semaines d’indicateurs décevants, les investisseurs voulaient que les données valident la récente envolée des indices boursiers et ils ont sauté sur les chiffres des ventes de détail à leur publication, entraînant une hausse des actions et des devises», avance la spécialiste.

Les demandes hebdomadaires d’allocations chômage aux Etats-Unis ont, par ailleurs, baissé plus que prévu tandis que l’activité manufacturière dans la région de Philadelphie a accéléré en janvier.

Ces statistiques sont publiées au lendemain de la signature d’un accord commercial préliminaire entre Washington et Pékin destiné à rééquilibrer le commerce entre les deux grandes puissances économiques.

«Même si l’accord ne répond pas à de nombreuses questions, les acteurs du marché espèrent que les tensions commerciales ne seront plus un problème pendant quelques mois», remarque Mme Lien.

D’autant que le nouvel accord de libre-échange liant Etats-Unis, Mexique et Canada (AEUMC) a aussi été définitivement approuvé jeudi par le Congrès américain.

La livre sterling de son côté est l’une des grandes devises s’appréciant le plus jeudi, une vigueur «surprenante» au vu des récentes données économiques sur l’économie britannique et de l’anticipation largement partagée d’une baisse des taux par la Banque d’Angleterre à la fin du mois, remarque Mme Lien.

«La seule explication», selon elle, «est un certain optimisme avant la publication vendredi des données sur les ventes au détail» dans le pays.

L’euro de son côté s’est replié alors que, selon le compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne (ECB), certains gouverneurs de l’institution ont souligné «la nécessité d’être attentif aux effets secondaires possibles des mesures de politique monétaire actuelles» méritant «un suivi étroit» à l’avenir.

Les gardiens de l’euro se sont aussi dit «confiants» sur le fait que les taux directeurs ne sont pas encore parvenus à un niveau où les baisser davantage serait contre-productif.