Le dollar réagit à des propos de Trump

AWP

2 minutes de lecture

La monnaie unique européenne s’échangeait à 1,1468 dollar vers 16h, contre 1,1438 dollar vendredi soir.

Le dollar reculait lundi face à l'euro après la publication de propos critiques envers la politique de hausses des taux du président de la Réserve fédérale (Fed) Jerome Powell tenus par le président américain Donald Trump.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la monnaie unique européenne s'échangeait à 1,1468 dollar, contre 1,1438 dollar vendredi à 21H00 GMT.

La devise européenne était inchangée face au yen japonais à 126,40 yens par rapport à vendredi.

Le dollar se baissait face au yen à 110,22 yens, contre 110,50 vendredi.

Le billet vert a commencé à fléchir après la diffusion lundi par la presse américaine de propos de Donald Trump se plaignant des récentes hausses de taux de la Fed.

«Bien que personne ne s'imagine que M. Trump puisse influencer les choix monétaires de Jerome Powell, le dollar a, comme on aurait pu s'y attendre, chuté», a réagi David Gilmore de Foreign Exchange Analytics.

Le locataire de la Maison Blanche avait déjà ouvertement critiqué en juillet la politique monétaire menée par la banque centrale américaine, une initiative rarissime de la part de l'exécutif face à une banque centrale qui se targue de son indépendance.

La Fed est engagée depuis fin 2015 dans une stratégie de hausse de ses taux d'intérêt, ce qui a pour conséquence de renchérir les coûts d'emprunts des ménages et des entreprises aux Etats-Unis et peut avoir pour effet de brider la croissance économique, chère à M. Trump.

La Fed sera justement au centre de l'attention des marchés cette semaine puisque son président se rendra jeudi au symposium de Jackson Hole, qui réunit économistes et banquiers centraux dans le Wyoming aux Etats-Unis. Jerome Powell s'y exprimera vendredi.

«Si le ton du discours joue sur les forces de l'économie américaine et minimise les incertitudes à l'étranger comme la Turquie, cela pourrait aider les taux américains et le dollar à être orientés à la hausse», ont estimé les analystes de Western Union.

Les hausses de taux d'intérêt stimulent la progression du dollar en le rendant plus rémunérateur.

«Généralement, la réunion annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole représente l'occasion pour l'un d'entre eux de lancer un message, de préparer les marchés à une grande manoeuvre. Et pas seulement pour les Américains», a expliqué John Plassard Consultant Mirabaud Securities auprès de Cambridge Securities.

La veille de l'ouverture de ce sommet, les investisseurs découvriront par ailleurs le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed. Ce document, particulièrement attendu habituellement, perdra néanmoins de sa saveur, éclipsé par l'imminence du symposium et par le fait que la réunion en question a eu lieu avant le début de la crise turque.

Les investisseurs attendaient également des nouvelles du front chinois, alors que de futurs pourparlers avec les Etats-Unis ont été annoncés la semaine dernière.

Du côté de l'euro, peu de nouvelles ont influencé la monnaie unique en dehors des incertitudes persistantes liées à Ankara.

«Les développements autour de la Turquie continuent d'engendrer de la volatilité alors que les tensions politiques avec les Etats-Unis, à propos du pasteur Brunson, ont alimenté une demande de dollars et limité la progression de l'euro», ont noté les analystes du courtier Sucden.

Vers 19H00 GMT, l'once d'or s'échangeait à 1.190,20 dollars, contre 1.185,05 dollars vendredi soir.

La monnaie chinoise a fini à 6,8577 yuans pour un dollar contre 6,8775 yuans vendredi.

Le bitcoin valait 6.469,03 dollars, contre 6.480,85 dollars vendredi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.