KOF: économistes divisés sur l'impact effectif des taux négatifs

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

47% des chercheurs interrogés par le KOF sont d’avis que la politique monétaire suivie par la BNS est plutôt ou nettement trop expansionniste.

Depuis cinq ans, le taux directeur de la Banque nationale suisse est dans le négatif. À cette occasion, le KOF a tenu, en collaboration avec le NZZ, à interroger les économistes suisses concernant leur appréciation sur cette situation des taux. Une majorité d’entre eux estiment que la BNS pourrait encore abaisser le taux directeur sans que cela entraîne de retrait à grande échelle des dépôts bancaires. Aucun consensus ne s’est dégagé parmi les participants à l’enquête sur la question de savoir si dans l’état actuel des choses, les avantages ou les inconvénients des taux négatifs qui l’emportaient.

L’évaluation de la politique monétaire actuelle de la Banque nationale suisse (BNS) fait ressortir deux groupes au sein des économistes suisses. 47% des chercheurs interrogés par le KOF sont d’avis que la politique monétaire suivie par la BNS est plutôt ou nettement trop expansionniste. 47% des sondés ayant donné une évaluation la trouvent au contraire appropriée. Une majorité des économistes interrogés jugent que la politique monétaire pratiquée par la Réserve fédérale américaine (Fed) et par la Banque centrale européenne (BCE) est plutôt ou nettement trop expansionniste.

Le 15 janvier 2015, la BNS a abandonné le taux plancher de 1,20 franc pour un euro. Dans le même temps, elle a réduit à -0,75% le taux directeur, lequel était passé dans la zone négative peu de temps auparavant. Depuis lors, les avantages et inconvénients de ce contexte de taux n’ont cessé de faire débat. 40% des économistes interrogés ayant donné une évaluation estiment que ce sont actuellement les avantages des taux d’intérêt négatifs qui prévalent, alors que pour 38 %, les inconvénients prennent le pas. En ce qui concerne l’évaluation du taux de change actuel, la part des économistes considérant que le franc est actuellement sous-évalué ou évalué de manière adéquate par rapport à l’euro prédomine.

En outre, une majorité d’entre eux pensent que la BNS pourrait encore abaisser le taux directeur à -1,0%, voire plus bas, avant que les acteurs économiques se mettent à retirer des parts substantielles de leurs dépôts bancaires pour les stocker sous forme de liquidités. Dans cinq ans, les taux directeurs devraient se situer, d’après une majorité, entre leur niveau actuel et environ 0%.

A lire aussi...