EUR/CHF: à l’approche de niveaux d’achats attrayants

Andreas Ruhlmann, IG Bank

1 minutes de lecture

Un retour en direction de 1.05, souvent synonyme d’intervention de la BNS, n’est pas exclu.

Le franc s’est apprécié à son plus haut niveau depuis près de trois ans face à l’euro. Les craintes de récession ainsi que les nombreux risques géopolitiques ayant stimulé l’intérêt pour les valeurs refuges durant les années 2018 et 2019. La force du franc suisse s’est plus particulièrement accélérée la semaine passée à l'annonce des États-Unis de l'inclusion de la Suisse dans sa liste de manipulateurs de devises, entravant ainsi la marge de manœuvre de la Banque Nationale Suisse (BNS).

Dans l’immédiat, le franc devrait continuer à monter alors que le marché assimile la nouvelle, avec en ligne de mire le plus haut niveau de 2016/2017 à 1.0630. Un retour en direction de 1.05, souvent synonyme d’intervention de la BNS, n’est pas exclu.

Toutefois à ces niveaux, la paire pourrait à nouveau attiser l’intérêt des acheteurs et ainsi entamer un rebond. Les indicateurs macroéconomiques avancés commencent à rebondir en Europe et les risques géopolitiques ce sont adoucis avec notamment la signature de la première phase de l’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis. Les bourses mondiales sont également à leur niveau record attestant d’un regain d’appétit pour le risque, ce qui n’est typiquement pas favorable au franc suisse.

Le yen, qui est la devise refuge par excellence, a perdu plus de 3% face à l’euro depuis septembre, alors que le franc a pris plus de 1% sur la même période. Les paires EUR/CHF et EUR/JPY sont habituellement corrélées et des divergences aussi larges ne durent pas sur le long terme.

Le plus gros risque de ce scénario serait une détérioration du climat géopolitique en Europe avec l‘annonce possible de droits de douane provenant des Etats-Unis. Cela pourrait inciter la BCE à assouplir davantage sa politique monétaire, chose que la BNS aura du mal à dupliquer avec un bilan excédant déjà 120% du PIB, et au risque de causer des représailles américaines.