Des membres de la Fed doutent des effets de l’accord Chine/USA

AWP

1 minutes de lecture

Certains membres de la Fed «jugent que les effets du récent accord commercial avec la Chine seront relativement limités»

L’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis n’aura que des effets «limités», alors que de nombreux droits de douane restent en place, ont regretté des participants à la dernière réunion monétaire de la Fed, dont le compte-rendu a été publié mercredi.

Certains membres de la Fed «jugent que les effets du récent accord commercial avec la Chine seront relativement limités», selon les minutes de la réunion du Comité monétaire de la Banque centrale américaine, les 28 et 29 janvier.

«Les incertitudes commerciales (sont) susceptibles de rester élevées, avec l’émergence toujours possible de nouvelles tensions, ainsi qu’une nouvelle escalade dans les tensions existantes», s’inquiètent-ils.

Cet accord, qui signe une trêve après deux ans de bras de fer entre les deux puissances, «maintien de nombreuses taxes douanières», et «de nombreuses entreprises ont d’ores et déjà pris des mesures d’ajustement de leur production et de leur chaîne d’approvisionnement pour faire face à ces tensions commerciales», note encore ce compte-rendu.

Le président américain Donald Trump s’enorgueillit de cet accord, qu’il avait notamment qualifié d’»incroyable succès pour notre pays tout entier».

Lors de sa dernière réunion monétaire, les 28 et 29 janvier, la Fed, prenant acte d’éléments positifs pour l’économie mondiale, avait laissé les taux inchangés, dans une fourchette comprise entre 1,5 et 1,75%, après les avoir baissés à trois reprises en 2019.

Inflation

L’inflation aux Etats-Unis, l’un des principaux éléments pris en compte par l’institution, a été de 1,6% en 2019, inférieure à son objectif de 2%.

La Fed prévoit toutefois qu’elle se rapproche de cette cible en 2020.

Néanmoins, détaille le compte-rendu de la réunion, «quelques participants se sont montrés moins confiants quant à cette prévision d’inflation, relevant que l’inflation a évolué en moyenne sous les 2% dans les dernières années».

Si une modeste inflation satisfait les consommateurs qui paient moins cher leurs produits courants, elle inquiète toujours les Banques centrales qui redoutent un cercle vicieux vers la déflation, et leur laisse moins de marge de manoeuvre pour réduire les taux d’intérêt afin de soutenir l’économie en cas de ralentissement.

A l’issue de cette dernière réunion du comité monétaire, le président de la Fed Jerome Powell s’était inquiété des conséquences de l’épidémie du nouveau coronavirus sur l’économie mondiale, au moment même où les économistes s’attendaient à une reprise de la croissance.

«Des incertitudes demeurent incluant celles posées par le nouveau coronavirus», avait-il résumé lors d’une conférence de presse, jugeant toutefois qu’il était trop tôt pour chiffrer.

«La menace du coronavirus (...) a fait émerger un nouveau risque pour les perspectives économiques mondiales, que les participants s’accordent à surveiller de près», détaillent les minutes de la réunion.

Plus de 74.000 personnes --dont 99% en Chine-- ont été infectées par le nouveau coronavirus dans 26 pays, et le seuil des 2.000 décès vient d’être atteint.

Le Comité monétaire de la Fed se réunira de nouveau les 17 et 18 mars.