Commerce de détail morose en Suisse en décembre

AWP

1 minutes de lecture

Les chiffres d’affaires s’affichent en recul aussi bien par rapport à novembre qu’en comparaison annuelle et tant en termes nominaux que réels.

La déprime se prolonge pour les commerçants suisses du secteur de l’habillement et des chaussures. Les statistiques mensuelles de l’OFS sur les chiffres d’affaires du commerce de détail font apparaître une nouvelle chute des ventes dans le textile en décembre, tandis que l’alimentaire progresse.

Globalement, tous secteurs confondus, décembre a été morose pour les commerçants du pays. En comparaison annuelle, les ventes s’affichent en baisse de -0,1% sur une base nominale et de -0,3% en termes réels et corrigés de l’effet des jours ouvrables et des jours fériés, a annoncé vendredi l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Par rapport à novembre, la baisse est de -0,3% en termes nominaux et corrigés des variations saisonnières. A noter que la statistique gomme l’effet des ventes de Noël, qui gonflent traditionnellement les chiffres d’affaires à hauteur d’environ 20%.

Dans le détail, l’évolution est très différenciée. Le non-alimentaire est touché de plein fouet, avec un recul de 1,8% des ventes en termes réels (-2,2% en termes nominaux) sur douze mois. En revanche, les ventes de denrées alimentaires, boissons et tabac ont augmenté de 1,4% (+2,7% en chiffres nominaux) sur douze mois, sans les stations service.

Rude concurrence de Zalando

Le plus frappant, pour expliquer la baisse du non-alimentaire, concerne la nouvelle dégringolade du secteur des vêtements et chaussures. Le chiffre d’affaires de la branche a reculé de 6,4% en termes nominaux sur un an, après avoir déjà baissé de 4,6% le mois précédent, toujours en comparaison annuelle.

Les ventes du textile et des chaussures sont déprimées mois après mois, si l’on excepte le bref répit d’octobre (+1,3%). Elles s’étaient par exemple effondrées de 15% en septembre et de près de 10% en mai, ainsi que de 15,7% en mars. Il faut remonter à 2014 pour voir des augmentations régulières et robustes dans le secteur.

On peut y voir clairement l’effet Zalando, confirme un spécialiste de l’OFS. Les chiffres prennent en effet en compte les ventes en magasin et sur internet des détaillants ayant une présence physique en Suisse, donc pas celles du géant allemand de la vente en ligne, dont la concurrence se fait très durement sentir.

Dans une récente étude, Credit Suisse avait relevé que le chiffre d’affaires annuel de Zalando en Suisse atteignait désormais 800 millions de francs. D’une façon générale, la concurrence étrangère taille des croupières aux commerçants indigènes. Le commerce de détail en Suisse a perdu 16’000 emplois en dix ans.

La statistique de l’OFS se base sur un échantillon d’environ 4000 entreprises qui sont consultées chaque mois.