Bourse d’Oslo: Euronext et le Nasdaq franchissent un obstacle réglementaire

AWP

1 minutes de lecture

L’Autorité norvégienne de surveillance financière estime que les deux groupes, le Nasdaq et Euronext, soient approuvés comme possibles propriétaires de la Bourse d’Oslo.

L’Autorité norvégienne de surveillance financière estime que tant l’européen Euronext que l’américain Nasdaq remplissent les conditions nécessaires pour prétendre au rachat de la Bourse d’Oslo que les deux opérateurs boursiers se disputent, a annoncé lundi le ministère norvégien des Finances.

«Nous avons reçu une recommandation de Finanstilsynet (l’Autorité de surveillance financière, ndlr) dans laquelle ils recommandent que les deux groupes, le Nasdaq et Euronext, soient approuvés comme possibles propriétaires de la Bourse d’Oslo», a déclaré à l’AFP une porte-parole du ministère, Therese Riiser Wålen.

Il revient maintenant au ministère des Finances, qui doit approuver toute prise de participation supérieure à 10%, de trancher entre les deux offres. Une décision pourrait intervenir d’ici au 14 mai, selon Mme Riiser Wålen.

Euronext et le Nasdaq convoitent la Bourse d’Oslo, l’un des derniers opérateurs boursiers indépendants en Europe, chacun offrant désormais environ 700 millions d’euros pour son rachat, après plusieurs surenchères.

L’opérateur paneuropéen qui gère les places de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne et Dublin se targue d’avoir le soutien de 53,1% des actionnaires d’Oslo Børs VPS.

Le Nasdaq, qui contrôle déjà toutes les autres Bourses nordiques et baltes, a quant à lui reçu 35% d’engagements d’apports de titres, y compris ceux des deux plus gros actionnaires, la banque DNB (20%) et le fonds de pension KLP (10%).

L’offre d’Euronext court jusqu’au 6 mai tandis que celle du Nasdaq doit prendre fin le 30 avril.