Banques européennes appelées à la modération sur les bonus

AWP

1 minutes de lecture

L’Autorité bancaire européenne rejoint la BCE dans son appel à ne pas distribuer de dividendes.

Rejoignant plusieurs recommandations déjà émises par la Banque centrale européenne, l’Autorité bancaire européenne a également appelé mardi les banques du continent à renoncer à distribuer des dividendes et les appelle à la modération sur les bonus.

Face à l’épidémie de coronavirus et ses conséquences gravissimes pour l’économie, «les autorités compétentes devraient demander aux banques de revoir leurs politiques et leurs pratiques de rémunération» afin de garantir «une gestion du risque solide et efficace», a fait savoir l’Autorité bancaire européenne dans un communiqué.

«Les rémunérations et, en particulier, leur part variable devraient être fixées de manière conservatrice», explicite l’autorité, selon qui «une part plus importante des rémunérations variables pourrait être différée pour une période plus longue et une proportion plus importante pourrait être versée en instruments de type actionnarial».

Ces injonctions font écho aux déclarations d’Andrea Enria, le patron du mécanisme européen de supervision, publiées mardi par le quotidien Financial Times, incitant les banques à faire «preuve d’une extrême modération en matière de rémunération variable».

En outre, l’Autorité bancaire européenne exhorte à son tour, comme l’avait fait vendredi la BCE, «toutes les banques à s’abstenir de distribuer des dividendes ou des rachats d’actions qui se traduisent par une distribution de capital en dehors du système bancaire, afin de maintenir sa solide capitalisation».

Renoncer aux dividendes pourrait libérer 30 milliards d’euros de capital, estime la Banque centrale.

Banque centrale et Autorité bancaire européennes ont récemment multiplié les mesures pour assouplir les exigences de capital ou les règles de prudence sur le crédit afin de garantir que les banques continuent de soutenir l’économie.

Pour les superviseurs, l’enjeu est de s’assurer qu’un maximum de capital soit préservé par les banques pour qu’elles puissent continuer à prêter à l’économie tout en étant capable d’absorber les probables défauts qui menacent une part encore inconnue de leurs crédits en raison des retombées économiques négatives liées à la crise du coronavirus.

Mardi, le groupe italien Intesa San Paolo a notamment annoncé qu’une vingtaine de ses dirigeants donneraient une partie de leurs bonus acquis en 2019, pour un montant total de 6 millions d’euros, pour soutenir des initiatives en matière de santé.

A lire aussi...