Wall Street salue Amazon mais sanctionne ExxonMobil

AWP

1 minutes de lecture

Sur la semaine, le Dow Jones a reculé de 0,62%, le Nasdaq de 0,37% et le S&P 500 de 0,01%.

Wall Street a terminé la séance en ordre dispersé vendredi après avoir salué les résultats du géant Amazon et sanctionné ceux d’ExxonMobil, dans un marché profitant d’une croissance américaine supérieure aux anticipations.

Selon les résultats définitifs à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a lâché 0,05% à 24.311,19 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,02% à 7.119,80 points.

L’indice élargi S&P 500 a progressé de 0,11% à 2.669,91 points.

Sur la semaine, le Dow Jones a reculé de 0,62%, le Nasdaq de 0,37% et le S&P 500 de 0,01%.

Les indices ont été ballotés tout au long de la séance entre des résultats d’entreprises mitigés et les chiffres de la croissance américaine pour le premier trimestre de l’année.

Le géant Amazon a ainsi fortement avancé (+3,60%), atteignant même en cours de séance son niveau le plus élevé depuis son introduction en Bourse, à 1.638,10 dollars l’action, après des résultats supérieurs aux estimations.

«Cette hausse suggère que les marchés sont toujours prêts à récompenser les entreprises aux résultats solides», a affirmé Quincy Krosby de Prudential.

Microsoft a également progressé (+1,65%), tout comme Mattel (+1,36%), Expedia (+8,20%) et Chevron (+1,93%), après la publication de leurs données économiques.

Le marché a toutefois été lesté par la forte chute d’ExxonMobil (-3,80%) en raison de résultats en demi-teinte et du plus faible niveau trimestriel de sa production d’hydrocarbures depuis 1999, en dépit de prix de pétrole à leur plus haut en trois ans.

Colgate (-0,02%), Intel (-0,60%), et Starbucks (-1,72%) ont également reculé.

La croissance américaine au premier trimestre s’est affichée de son côté au-dessus des estimations des analystes, à 2,3% en rythme annuel contre 2,1% attendu, soit le meilleur trimestre hivernal depuis deux ans.

La croissance du premier trimestre «aurait sans doute été plus proche de 2,9% sans l’effet +gueule de bois+ connu après la hausse des dépenses automobiles et immobilières du quatrième trimestre liées aux tempêtes» qui ont frappé les Etats-Unis au second semestre, à indiqué Chris Low, de FTN Financial.

Les taux d’intérêt poursuivaient de leur côté leur détente, offrant un répit aux investisseurs sur le marché des actions: le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,955% contre 2,981% jeudi soir, et celui à 30 ans baissait à 3,124% contre 3,164% la veille.