Wall Street ouvre en baisse, inquiète avant la réunion du G7

AWP

1 minutes de lecture

Le Dow Jones se rapproche du seuil des 25'000 points et le Nasdaq frôle celui des 7'600 points.

Wall Street a ouvert en baisse vendredi, appréhendant des discussions houleuses entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux à l’occasion d’un sommet du G7 qui se tient vendredi et samedi.

Vers 13H45 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, lâchait 0,20% à 25’190,54 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, perdait 0,43% à 7’602,33 points.

L’indice élargi S&P 500 abandonnait 0,23% à 2’764,10 points.

La Bourse de New York avait terminé en ordre dispersé jeudi, un bond de l’action McDonald’s soutenant le Dow Jones (+0,38%) tandis que le Nasdaq (-0,70%), après trois records de suite, avait été lesté par un recul des valeurs technologiques.

«Les tensions géopolitiques occupent encore le devant de la scène», ont commenté les analystes de Wells Fargo.

Alors qu’il doit rencontrer les dirigeants des pays du G7 dans la journée au Canada, le président américain Donald Trump a tweeté vendredi avoir «hâte de remettre à plat les accords commerciaux injustes» conclus selon lui avec ces Etats.

L’atmosphère s’est envenimée ces deux derniers jours, M. Trump ayant répliqué aux critiques de moins en moins voilées du Premier ministre canadien Justin Trudeau et du président français Emmanuel Macron, au Canada depuis mercredi.

«Les questions commerciales vont de toute évidence représenter un thème litigieux» à l’occasion du sommet, a observé Patrick O’Hare de Briefing.

Les valeurs technologiques poursuivaient de leur côté leur repli entamé la veille, l’indice les regroupant au sein du S&P 500 perdant 0,60%.

Apple perdait 1,57%, Alphabet (maison-mère de Google) 0,35%, Netflix 0,40%, et Amazon 0,50%.

Malgré le recul boursier généralisé, les trois principaux indices de Wall Street se dirigeaient vers un gain hebdomadaire solide avant une semaine chargée qui verra notamment la réunion des banques centrales américaine, européenne, et japonaise et la rencontre très attendue entre M. Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un.

Les rendements sur la dette américaine se tendaient légèrement, ceux à 10 ans grimpant à 2,929% contre 2,920% jeudi à la clôture et ceux à 30 ans progressant à 3,082% contre 3,068% à la précédente fermeture.