Les négociations entre Pékin et Washington stimulent Wall Street

AWP

2 minutes de lecture

Le Dow Jones finit sur une progression de 0,42% à 23’531,35 points et le Nasdaq prend 1,26% à 6’823,47 points.

La Bourse de New York a terminé en nette hausse lundi, poursuivant son rebond grâce notamment à l’espoir de voir s’apaiser les tensions commerciales entre Pékin et Washington.

L’indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,42% pour terminer à 23’531,35 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 1,26% pour finir à 6’823,47 points.

L’indice élargi S&P 500 a progressé de 0,70% à 2’549,69 points.

Après une petite hésitation à l’ouverture sur la direction à suivre, les indices se sont solidement ancrés dans le vert jusqu’à la fin de la séance.

«C’est comme si les investisseurs tentaient de compenser l’état d’esprit très négatif qui a prévalu ces dernières semaines», a estimé Jack Ablin de Cresset Wealth Advisors.

«Si on continue à rebondir de la sorte jusqu’à la saison des résultats, cette dernière pourrait apporter de bonnes surprises», a-t-il ajouté.

Alors que les investisseurs entreront dans le vif du sujet avec la publication des chiffres trimestriels des grandes banques en début de semaine prochaine, les analystes s’attendent en moyenne à une progression du bénéfice par action de 11,4% selon le cabinet FactSet.

En prenant en compte les habituelles surprises à la hausse, le bénéfice ajusté par action des entreprises du S&P 500 devrait croître en moyenne de 15%, ont-ils ajouté.

La Bourse de New York avait déjà entamé un net rebond vendredi dans le sillage de propos du président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell sur le taux d’intérêt, jugés très accommodants par les acteurs du marché.

Elle s’est un peu plus raffermie lundi après la reprise de discussions commerciales bilatérales entre la Chine et les Etats-Unis.

Les Etats-Unis parient notamment sur le fait que, après plusieurs mois d’imposition de tarifs douaniers punitifs, les Chinois seront tôt ou tard forcés de réaliser des concessions, estiment certains experts.

Ce bras de fer commercial handicape «assurément» l’économie chinoise et cela était «attendu», a par exemple affirmé lundi le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross.

Ces deux éléments sont en tout cas de nature à rasséréner des investisseurs, particulièrement ébranlés en 2018 par la peur de voir la Fed remonter trop rapidement ses taux d’intérêt et la guerre commerciale sino-américaine freiner la croissance des deux plus importantes puissances mondiales.

Amazon détrône Microsoft

L’optimisme ambiant a notamment profité au géant de la distribution internet Amazon qui, en progressant de 3,44%, est devenu l’entreprise la plus chère à la Bourse de New York (797 milliards de dollars), devant Microsoft (784 milliards), Alphabet (746 milliards) – la maison mère de Google –, et Apple (702 milliards).

Parmi les autres valeurs du jour, General Electric a bondi de 6,20%. Selon des informations de l’agence Bloomberg, le fonds d’investissement Apollo Global Management LLC serait intéressé par le rachat de tout ou partie de la filiale de leasing d’avions de ligne du conglomérat américain, GE Capital Aviation Services, valorisée autour de 40 milliards de dollars.

Netflix a gagné 5,97%. La plateforme de visionnage de vidéos en ligne a raflé cinq récompenses lors de la cérémonie des Golden Globes américains dimanche, un événement qui a fait la part belle au film «Bohemian Rhapsody» sur la vie du chanteur de Queen, Freddie Mercury.

Le groupe pharmaceutique Eli Lilly, qui a annoncé le rachat de la firme de biotechnologie Loxo Oncology pour un montant de 8 milliards de dollars, a progressé de 0,54%.

Mattel s’est envolé de 7,68% après avoir fait part d’un partenariat avec le très populaire «boys band» sud-coréen BTS.

La chaîne de magasins bon marché Dollar Tree s’est apprécié de 5,46% alors que le fonds activiste Starboard a annoncé avoir proposé des candidats au conseil d’administration.

Sur le marché obligataire, le taux d’intérêt sur la dette à dix ans montait à 2,693%, contre 2,668% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans à 2,987%, contre 2,981%.