Tokyo rechute, mais les places chinoises restent optimistes

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a perdu 0,53% et le Topix a cédé 0,23%. Shanghai a progressé de 0,85% et Shenzhen a fait un bond de 1,83%. Le Hang Seng a bondi de 1,55%.

La Bourse de Tokyo a fini en baisse mardi, dans l’attente de nouveaux développements relatifs au conflit commercial sino-américain et sur fond d’un petit regain du yen, tandis que les places chinoises pariaient sur de nouvelles mesures de soutien à l’économie.

A l’issue des échanges, l’indice tokyoïte Nikkei des 225 valeurs vedettes a perdu 0,53% à 23.292,65 points, tandis que l’indice élargi Topix a cédé 0,23% à 1.696,73 points.

La Bourse de Tokyo a préféré continuer de jouer la prudence, malgré les nouveaux records atteints à Wall Street la veille.

La Chine aurait manifesté sa déception face au refus du président américain Donald Trump de soutenir une levée des droits de douane punitifs sur les importations chinoises.

Cela n’a pas empêché les places locales de finir en hausse, dans l’espoir de nouvelles dispositions gouvernementales pour enrayer le ralentissement économique du pays, via l’abaissement indirect du coût du crédit.

Ces spéculations avaient déjà profité aux Bourses chinoises lundi, après l’abaissement par la Banque centrale du pays de son taux préférentiel sur les emprunts de court terme des banques commerciales auprès d’elle.

L’indice composite de Shanghai a progressé mardi de 0,85% à 2.933,99 points et celui de Shenzhen a fait un bond de 1,83% à 1.646,80 points.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng a même bondi de 1,55% à 27.093,80 points, après avoir déjà gagné 1,35% lundi, malgré la violence persistante des protestations contre l’exécutif local pro-Pékin.

Du côté des valeurs

YAHOO JAPAN ET LINE, L’ENTHOUSIASME RETOMBE

L’action de la messagerie instantanée Line, après avoir nettement progressé lundi à la suite de l’officialisation des fiançailles avec Yahoo Japan, a encore grignoté 0,38% à 5.170 yens. En revanche, le titre Z Holdings (qui contrôle Yahoo Japan) a dégringolé de 8,05% à 388 yens.

L’AUTOMOBILE DÉLAISSÉE

Sensibles à la fois aux bisbilles sino-américaines et à l’évolution des devises, les actions des constructeurs automobiles nippons ont reculé. Un an jour pour jour après l’arrestation de Carlos Ghosn, le titre Nissan a lâché 0,05% à 680,3 yens, Honda a abandonné 0,72% à 3.134 yens et Toyota 1,04% à 7.754 yens.

SONY INVESTIT DANS UNE CHAÎNE DE JEU TV

L’action du fleuron japonais de l’électronique Sony a de son côté dévissé de 1,30% à 6.755 yens, après l’annonce du rachat de la part de 42% qu’il ne détenait pas encore dans la chaîne télé américaine dédiée aux jeux Game Show Network, pour un coût total de 510 millions de dollars (460 millions d’euros).

NINTENDO, PREMIÈRE BOUTIQUE À TOKYO

Le fabricant de consoles et de jeux vidéo Nintendo a progressé de 0,61% à 42.330 yens, alors que la presse a découvert mardi à Tokyo la toute première boutique au Japon de produits dérivés de la maison mère des personnages Mario, Zelda ou Pikachu.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen remontait un peu face au dollar, à raison d’un dollar pour 108,77 yens à 09h00 GMT, contre 108,82 yens lundi après la clôture de la Bourse de Tokyo, point de référence pour les investisseurs nippons.

La monnaie japonaise était stable par rapport à l’euro, à raison d’un euro pour 120,36 yens vers 09h00 GMT, comme la veille en fin de journée à Tokyo.

Après avoir grimpé en début de journée en Asie, l’euro était en petite régression vis-à-vis du billet vert, la monnaie européenne valant 1,1067 dollar après 09h00 GMT, contre 1,1075 dollar lundi à 20h00 GMT.

Les cours du pétrole reculaient encore, après avoir déjà fini en baisse lundi, eux aussi affectés par les signaux contradictoires sur le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis: vers 9h00 GMT, le prix du baril de brut américain WTI cédait 0,23% à 56,92 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord perdait 0,1% à 62,38 dollars.