Tokyo rebondit, fin d’une longue série négative

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a gagné 0,58% (+121,33 points) à 21.188,56 points, et l’indice élargi Topix a progressé de 0,60% (+9,17 points) à 1.544,15 points.

La Bourse de Tokyo a fini en hausse mercredi après une longue série négative, revigorée par des propos conciliants de Donald Trump sur les négociations commerciales USA-Chine malgré de mauvais résultats d’entreprises.

Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a passé une grande partie de la matinée dans le rouge avant de se reprendre, gagnant à la clôture 0,58% (+121,33 points) à 21.188,56 points. L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a quant à lui progressé de 0,60% (+9,17 points) à 1.544,15 points.

Le moral des investisseurs a en outre été soutenu par un affaiblissement du yen: le dollar remontait ainsi à 109,67 yens, contre 109,21 yens mardi à la clôture de la place tokyoïte, et l’euro grimpait à 122,96 yens contre 123,81 yens, des mouvements favorables à l’achat de titres de groupes exportateurs nippons.

La Bourse, minée par les tensions sino-américaines, avait signé mardi sa sixième séance négative de suite depuis la reprise de la cotation le 7 mai, après une pause de 10 jours pour cause de changement d’ère et d’empereur.

Mais mercredi, les inquiétudes se sont temporairement dissipées: le président américain a minimisé le conflit commercial avec la Chine, le qualifiant de «petite querelle» et jugeant possible un accord dans trois à quatre semaines.

«Les remarques de M. Trump ont calmé les marchés», a commenté pour l’agence Bloomberg Seiichi Miura, analyste chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities. Les places chinoises s’inscrivaient d’ailleurs en nette hausse.

Mais il reste prudent: «les discussions vont prendre du temps car les deux parties étaient proches de la rupture», souligne-t-il.

Carton rouge pour Nissan et Takeda

L’optimisme à Tokyo a aussi été tempéré par des publications financières médiocres.

Nissan, en premier lieu, a refroidi les investisseurs avec ses sombres prévisions, en deçà des pires pronostics des analystes, et l’annonce d’une réduction des dividendes distribués aux actionnaires. Le titre a décroché de 6,47% à 785,8 yens.

Takeda a plongé davantage encore (-7,82% à 3.970 yens). Le premier laboratoire pharmaceutique japonais a créé la surprise mardi en disant s’attendre à une perte nette de 383 milliards de yens (3 milliards d’euros) en 2019/20 en raison des frais occasionnés par le rachat de l’irlandais Shire.

Le secteur technologique a au contraire été à la fête: Sony a gagné 3,99% à 5.473 yens, Sharp 1,80% à 1.070 yens et Nintendo 1,05% à 37.410 yens, tandis que les résultats du spécialiste des composants électroniques pour automobiles et smartphones Renesas Electronics ont été applaudis (+11,31% à 600 yens).

A noter enfin, le rebond de SoftBank Group (+3,20% à 10.315 yens). Il a profité de la bonne tenue la veille à Wall Street de la plateforme de voitures avec chauffeurs Uber, dont il est actionnaire.

La compagnie de Masayoshi Son avait pâti les jours précédents des premiers pas décevants en Bourse du géant américain.